Belgorail, actif depuis 10 ans dans la certification du rail | Agoria

Belgorail, actif depuis 10 ans dans la certification du rail

Publié le 25/06/14 par Jean-Marc Timmermans

Le transport ferroviaire, qu’il soit urbain, périurbain, régional ou à grande vitesse, connaît de fortes évolutions en termes de gestion, de sécurité, d’infrastructure et d’interopérabilité. Les organismes notifiés tels que Belgorail jouent un rôle-clé dans la sécurité de l’exploitation du rail et veillent en outre à l’ouverture du marché des produits ferroviaires. La société Belgorail est née à Bruxelles d’une association entre Agoria, Transurb Technirail et Vinçotte International, et est aujourd’hui active dans toute l’Europe et même au-delà.

Un acteur essentiel du secteur ferroviaire belge

Depuis sa création en juin 2004, Belgorail a connu un développement rapide et s’est positionnée comme un acteur majeur dans le secteur ferroviaire, tant au niveau national qu’international, et ce dans un contexte de libéralisation globale imposée par l’Europe ainsi que de diversification en termes de fourniture de matériel.

Belgorail fut le premier organisme de certification ferroviaire belge accrédité à pouvoir attester de la conformité de véhicules, d’équipements ou encore d’installations par rapport à des normes et standards techniques belges et européens. En janvier 2005, l’entreprise a obtenu le statut d’organisme notifié pour évaluer la conformité des constituants d'interopérabilité et instruire la procédure de vérification CE des éléments du système ferroviaire transeuropéen conventionnel (directive 2001/16/CE) et de celui à grande vitesse en mai 2007 (directive 96/48/CE).

« Ces premières étapes-clés de notre développement ont témoigné officiellement et publiquement de la rigueur et des compétences techniques de nos équipes d’experts ainsi que de notre volonté d’exporter nos services de qualité à l’étranger », souligne Jean-Marc Dupas, directeur général de Belgorail.

Au cours de l’exercice écoulé, la société a poursuivi son développement et la diversification de ses activités. Belgorail a, entre autres, décidé d’élargir ses compétences dans le domaine de la signalisation ERTMS et des essais qui y sont associés, notamment suite à l’acquisition récente d’équipements performants d’enregistrement.

Forte croissance à l’étranger

En outre, le leader belge de la certification du rail a démontré qu’il était parvenu à exporter son expertise au niveau européen et au-delà. En atteste notamment la forte évolution du chiffre d’affaires réalisé en dehors de la Belgique.

Jusqu’à présent, 35 sociétés ont déjà fait appel aux services de Belgorail, ce qui représente un total de 101 projets entamés ou finalisés en 2013, parmi lesquels de grands chantiers tels que le tunnel du Liefkenshoek à Anvers et la liaison Watermael - Schuman - Josaphat pour Infrabel, la certification d’équipements de signalisation produits par Alstom, le suivi du projet de construction des nouveaux trains Régio 2 N de Bombardier en France et les essais des TGV Vélaro Eurostar construits par Siemens.

« En termes de performance, les résultats opérationnels de 2013 sont supérieurs à ce que nous avions anticipé, ont dépassé ceux des années précédentes et laissent entrevoir de belles perspectives pour l’avenir », poursuit Jean-Marc Dupas. « Au vu de l’accroissement de la concurrence sur le marché belge, nous nous tournons également vers l’étranger car l’expertise technique belge dans notre domaine y est particulièrement appréciée. Nous mettons ainsi nos compétences techniques au service de projets réalisés en Europe, mais aussi au Maroc, en Algérie, en Inde et bientôt en Turquie. »

Lors des festivités organisées à l’occasion de son 10e anniversaire, Belgorail a reçu tous les acteurs importants du monde ferroviaire et des transports urbains.

Dans leurs allocutions remarquées, Karel Vinck, coordinateur européen de l’ERTMS (European Railway Traffic Management System), et Alain Flausch, secrétaire général de l’UITP (Union internationale des transports publics), ont fait le point sur l’évolution du secteur. Karel Vinck a souligné l’énorme potentiel des chemins de fer en tant que secteur high-tech tourné vers l’avenir, ainsi que le rôle de la Belgique dans l’axe européen. Alain Flausch a quant à lui insisté sur le rôle essentiel des transports urbains collectifs par rail (métro, rail léger, tram) dans le développement de villes durables et modernes où il fait bon vivre.

Cet article était-il utile ?