Stabilisation du marché européen des machines agricoles attendue pour 2016 | Agoria

Stabilisation du marché européen des machines agricoles attendue pour 2016

Publié le 20/11/15 par Nathalie Nicolas

Il faut s’attendre à une baisse des ventes de machines agricoles en Europe en 2015. Sur la plupart des grands marchés européens et pour quasiment tous les groupes de produits, la demande s’est contractée par rapport à 2014. Toutefois, avec une stabilisation du marché attendue pour 2016, le creux du cycle semble avoir été atteint.

De grands marchés européens comme l’Allemagne 

Image
, la France 
Image
 et le Royaume-Uni 
Image
 devraient enregistrer un recul de respectivement 10 %, 11 % et 15 %. En Italie 
Image
, la contraction serait un peu moins prononcée (4 %). En revanche, le marché espagnol devrait croître d’environ 6 %. Pour le R.-U. et l’Italie, on peut s’attendre à ce que la demande se stabilise en 2016, tandis que la France et l’Allemagne devraient connaître un léger repli. Quant à l’Espagne, elle devrait faire exception et enregistrer une légère progression en 2016.

En ce qui concerne les différents types de machines, les récolteuses-hacheuses constituent la seule catégorie de machines connaissant une hausse de la demande, alors que le marché se contracte pour toutes les autres. 

Les immatriculations de tracteurs ont diminué de 7,3 % par rapport aux 9 premiers mois de 2014. Sur l’ensemble de l’année 2015, le marché des tracteurs devrait enregistrer une baisse totale de 7,1 %. Ce marché est stable en Espagne, mais négatif dans tous les autres pays. Il faut s’attendre à ce que la demande n’évolue guère en 2016 par rapport à 2015.

Le marché des moissonneuses-batteuses affiche des résultats mitigés, s’inscrivant à la baisse au Royaume-Uni, en Espagne, en France et aux Pays-Bas, alors que quelques signaux positifs sont perçus en Italie et en Allemagne. Globalement, le marché devrait se contracter d’environ 5 %. À l’instar d’autres segments, le marché devrait se stabiliser en 2016.

Les faucheuses représentent le groupe de produits enregistrant le déclin le plus important (près de 10 %). Celui-ci est très sensible dans quasiment tous les pays. Seules l’Espagne et la Turquie affichent une demande stable. En 2016, le marché dans son ensemble connaîtra une situation similaire, hormis un repli relativement réduit sur le marché allemand.

Les récolteuses-hacheuses constituent le seul groupe de produits dont le marché affiche une croissance (2,8 %). Les marchés français et espagnol connaissent une forte progression. Seul le marché belge enregistre un recul sensible, tandis que tous les autres marchés demeurent relativement stables. Il ne faut pas s’attendre à une évolution significative de la demande pour 2016.

La demande sur le marché des presses devrait faire un plongeon de 8,7 % sur l’ensemble de 2015. La situation entre les différents pays européens est contrastée avec de fortes baisses au R.-U. et en France, notamment, et des replis limités, comme en Italie. Pour la plupart des pays, on s’attend à une baisse relativement réduite de la demande en 2016. La France fera exception avec une demande stable.

Les signaux envoyés par le marché des pulvérisateurs ne sont pas positifs non plus, avec un recul de 6 % en 2015, lequel concerne plus particulièrement l’Allemagne, le R.-U. et la Belgique. On note une croissance relativement élevée sur les marchés espagnol et néerlandais. Le marché des pulvérisateurs est le seul pour lequel il faut s’attendre à une augmentation de la demande dans la plupart des pays en 2016.

Conformément à l’image globale (tendance négative en 2015 et stabilisation attendue pour 2016), le Business Barometer du CEMA envoie un signal similaire, avec une tendance à la hausse ces derniers mois et donc une remontée par rapport au creux enregistré. Ce baromètre repose sur une enquête menée chaque mois auprès de l’industrie européenne des machines agricoles et couvre toutes les grandes catégories de produits. Il fournit donc régulièrement un aperçu du climat des affaires sur la base de la confiance des entreprises et du chiffre d’affaires prévus pour les six prochains mois.

Cet article était-il utile ?