Les fabricants de machines agricoles s’attendent à une nouvelle baisse des ventes en 2015 | Agoria

Les fabricants de machines agricoles s’attendent à une nouvelle baisse des ventes en 2015

Image
Publié le 29/01/15 par Nathalie Nicolas

Les prévisions pour l’industrie des machines agricoles en Europe ne sont pas particulièrement favorables, car on s’attend de manière générale à une baisse des ventes d’équipements de 5 à 10 %. Par rapport à 2014, les ventes en Allemagne et en France – les deux principaux marchés – vont reculer de respectivement 7 et 10 %. Il faut s’attendre à une évolution similaire sur d’autres marchés importants comme le Royaume-Uni (-5 %) et les Pays-Bas (-5 à -10 %).

Ce repli prévu pour 2015 vient s’ajouter à une diminution généralisée des ventes en Europe de 5 à 10 % également en 2014 (par rapport à 2013). Dans la région de la CEI (Communauté des États indépendants) plus particulièrement, les ventes vont diminuer en raison de la crise politique en Ukraine et de l’embargo russe sur les importations de moissonneuses-batteuses et autres machines agricoles.

Les principales causes du recul des ventes en Europe sont les suivantes :

  • Facteurs cycliques : la tendance actuelle à la baisse s’explique en partie par le récent boom enregistré par les ventes de machines agricoles durant la période 2011-2013.
  • Prix plus bas des céréales et du lait et dégradation du revenu des agriculteurs en Europe, lesquels pèsent sur la propension à investir et les moyens disponibles pour acheter de nouveaux équipements.
  • Les nouvelles règles présidant au paiement des subsides UE dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) qui seront introduites en 2015 et ajouteront encore au climat d’incertitude.

Prévisions par type de machines

Les prévisions de marché pour 2015 diffèrent selon le type de machines.

  • En 2014, les immatriculations de tracteurs ont chuté en Europe. En France et en Autriche, les ventes se sont effondrées, tandis qu’elles ont progressé en Espagne, en Belgique et en Turquie. Sur d’autres marchés comme l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, la baisse s’est limitée à moins de 2 %. Globalement, le nombre d’immatriculations a fléchi en Europe. Les chiffres confirment que la tendance à acheter des tracteurs plus lourds se poursuit. Pour 2015, il faut s’attendre à une nouvelle baisse.
  • Les ventes de moissonneuses-batteuses se sont fortement contractées en 2014, essentiellement sous l’influence d’une demande plus faible en Allemagne, en France, en Turquie, au Royaume-Uni et en Italie. Pour cette année, il faut s’attendre à un nouveau tassement dans la plupart des pays, à l’exception de l’Italie et de la Turquie, où une légère reprise devrait se produire.
  • Le marché européen des faucheuses est demeuré généralement stable, avec de légères hausses des ventes au Royaume-Uni, en Italie, aux Pays-Bas et en Belgique, tandis qu’il s’est replié en Espagne et en France. En 2015, la demande devrait s’inscrire en retrait en Allemagne et en France et rester stable dans les autres pays européens.
  • Pour les charrues, une légère progression de la demande n’a été notée qu’en Italie et au Royaume-Uni en 2014. Dans les autres pays, la situation n’a guère évolué et il devrait en être de même en 2015. Ces dernières années, la demande en charrues est demeurée relativement stable.
  • Pour les presses à balles, la demande s’est infléchie d’environ 10 %. Aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne, elle est restée stable voire légèrement positive, tandis que sur d’autres marchés, elle s’est inscrite en retrait, ce qui s’est traduit par une diminution globale. Pour 2015, il faut s’attendre à peu de changements dans la plupart des pays, excepté en France, où un recul plus marqué devrait se produire.
  • Le marché des pulvérisateurs a lui aussi affiché un léger recul en 2014. Les Pays-Bas, la Belgique et l’Italie ont enregistré un léger tassement, tandis qu’en Allemagne, au Royaume-Uni et en France, le marché s’est inscrit légèrement à la hausse. Pour 2015, il faut s’attendre à une baisse des ventes, tandis que les autres marchés devraient rester plus ou moins stables.

Le baromètre du CEMA confirme un faible niveau d’activité pour 2015

La récente édition du Business Barometer mensuel du CEMA donne une certaine idée de ce à quoi il faut s’attendre cette année. Après une forte baisse depuis début 2014, le baromètre est reparti à la hausse en décembre et en janvier. Mais la conjoncture générale dans cette branche industrielle n’en demeure pas moins morose : la plupart des entreprises qui participent à l’enquête mensuelle font état d’une nouvelle baisse de leurs ventes. Comme seul point positif, soulignons que le pourcentage d’entreprises qualifiant la conjoncture d’insatisfaisante est passé de 55 % à 46 %.

Survey Report CEMA Business Barometer

Cet article était-il utile ?