Clarisse Ramakers prendra la tête d’Agoria Wallonie en mai 2021 | Agoria

Clarisse Ramakers prendra la tête d’Agoria Wallonie en mai 2021

Image
Publié le 08/03/21
Une femme pour aider, accompagner et défendre les entreprises technologiques wallonnes, pouvions-nous espérer une nouvelle plus réjouissante en cette Journée internationale des femmes ?  Le 1er mai prochain, Clarisse Ramakers deviendra la directrice générale d’Agoria Wallonie.  Elle remplacera Dominique Demonté qui va pour sa part diriger le département Context d’Agoria.  Nous lui souhaitons la bienvenue !

Image
Originaire de Villers-le-Bouillet près de Huy, maman de 3 garçons et passionnée de course à pied, Clarisse vit depuis 20 ans à Liège.  Elle se décrit volontiers comme une ‘vraie wallonne’. C’est le 1er mai prochain qu’elle entrera en fonction pour remplacer l’actuel directeur général d’Agoria Wallonie, Dominique Demonté.

Clarisse Ramakers est juriste de formation, détentrice d’un master en gestion des entreprises, et active dans l’accompagnement des entreprises depuis plusieurs années : notamment au sein de l’Agence pour l’Entreprise et l’Innovation, et aussi, depuis 5 ans, comme directrice du service lobby de l’UCM. Autant dire qu’elle a une excellente connaissance du milieu institutionnel et politique wallon et qu’elle pourra mettre ses nombreux contacts au service des entreprises membres d’Agoria.

Clarisse Ramakers : « Cette nouvelle mission au sein d’Agoria Wallonie est pour moi l’occasion d’œuvrer pour les entreprises aux défis du futur, dès maintenant ! Même si la crise actuelle a pu avoir quelque chose de tétanisant au début, elle ne doit certainement pas nous empêcher de réfléchir aux défis de demain. Au contraire, nous devons saisir les opportunités qu'elle crée de réaliser un bond en avant. »

Clarisse va donc remplacer Dominique Demonté qui deviendra directeur de l’équipe Context d’Agoria : « Je me réjouis que Clarisse me succède à la direction d’Agoria Wallonie.  Son carnet d’adresses n’a rien à envier au mien et elle est animée d’une réelle envie de rendre la Wallonie plus forte. Sa conviction du rôle essentiel des entreprises dans le développement de la Région sera un puissant moteur dans son action pour nos membres. Avec sa connaissance de l’écosystème, elle est aussi consciente de l’importance d’une approche partenariale pour atteindre cet objectif.  Bref, elle a toutes les qualités professionnelles et humaines requises pour la fonction.  Je suis convaincu qu’elle  apportera énormément à nos membres et qu’elle prendra beaucoup de plaisir à travailler au sein de notre organisation ! »

Clarisse, qui avoue avoir hésité entre des études de droit et d’ingénieur, considère le fait d’avoir un profil non technologique comme un atout dans son futur rôle : « Pour influencer le monde politique il faut pouvoir sortir du cadre purement technologique et être capable de vulgariser les thématiques que l’on défend. Ne pas être ingénieure me permet d’avoir ce regard, de faire comprendre et accepter la technologie par tous ceux qui ne la connaissent pas forcément de l’intérieur. »

 

Cet article était-il utile ?

Sujets qui pourraient vous intéresser