OriginAir remet à neuf des compresseurs Atlas Copco d'occasion | Agoria

OriginAir remet à neuf des compresseurs Atlas Copco d'occasion

Image
Publié le 12/04/18 par Peter Ansoms
L'un des modèles d'entreprise de l'économie circulaire est le reconditionnement, ou la transformation d'un produit usagé en un produit neuf présentant une fonctionnalité équivalente. OriginAir, qui donne ainsi une seconde vie à des compresseurs Atlas Copco d'occasion, maîtrise parfaitement le sujet. Entretien avec Kwinten Simoens, Buy Back Engineer chez OriginAir.

Pourquoi Atlas Copco a-t-elle pris la décision, voici quelques années, de développer des activités de reconditionnement ("reman") par le biais de sa filiale OriginAir ?

Kwinten Simoens : L'économie circulaire ne se limite pas à l'utilisation efficace des ressources et à l'écologie. Elle permet également aux entreprises de développer de nouveaux modèles dont leurs clients peuvent eux aussi bénéficier. Atlas Copco l'avait très bien compris lorsqu'elle a créé la filiale OriginAir en juin 2012. L'objectif ? S'adresser à une clientèle plus large, tirer, nous aussi, quelques profits de l'énorme marché que représentent les compresseurs d'occasion et, surtout, veiller au maintien des standards élevés d'Atlas Copco en matière de qualité, de délais de livraison et de service sur ce marché également.

OriginAir rachète des compresseurs Atlas Copco d'occasion sur le marché, les révise et les revend, en garantissant la qualité pour une seconde vie chez un nouveau client. Celui-ci gagne donc sur les deux tableaux puisqu'il paie moins que s'il achetait du neuf, pour des prestations garanties.

À quel point OriginAir est-elle un succès ?

Kwinten Simoens : Nous nous développons rapidement car le site européen de Willebroek fournit, en plus de nos pays voisins et d'autres pays européens, de plus en plus de clients en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Nouvelle-Zélande, au Chili, en Malaisie, en Jamaïque... Par ailleurs, nous avons déjà des divisions en Chine, en Inde et aux États-Unis. J'aime à me targuer de ce que le succès de Willebroek n'est pas uniquement une question de prix, mais tient également à notre approche axée sur le client.

Nous ne faisons pas de travail à la chaîne. Chaque machine qui rentre est inspectée séparément et prise en charge comme un projet individuel, en fonction des spécifications transmises. En d'autres termes, nous pouvons adapter chaque équipement de manière à rendre son fonctionnement optimal pour le nouveau propriétaire. Il s'agit là d'un service qui est clairement apprécié.

Le succès est-il tel que la vente de compresseurs remis à neuf freine celle de nouveaux produits Atlas Copco ?

Kwinten Simoens : Non, et c'est logique. Les deux types de produit sont complémentaires, en ce sens que les compresseurs remis sur le marché par OriginAir constituent une extension de la gamme de produits Atlas Copco originale. Ils véhiculent d'ailleurs la même image de marque et toutes les machines sont constituées uniquement de composants de marque d'origine. Nos clients sont, d'une part, des entreprises disposant d'un budget plus limité mais souhaitant bénéficier de la qualité d'une marque reconnue et, d'autre part, des entreprises, très nombreuses, faisant le choix de combiner du neuf et du reconditionné. Ce peut être pour réduire les coûts, mais également parce que cette combinaison répond parfaitement à leurs besoins. Les machines reconditionnées fonctionnent alors par exemple comme équipement de secours dans leur salle de compresseurs.

Êtes-vous encore parfois confrontés à des aprioris sur les produits reconditionnés (par rapport à de nouveaux) ? Lesquels ?

Kwinten Simoens : Je dois dire que cela se passe plutôt très bien. En particulier ici, en Europe, où beaucoup d'entreprises sont même fières de pouvoir se donner une image "plus verte" en acquérant des produits reconditionnés.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'OriginAir n'achète jamais de machines d'occasion construites avant l'année 2000. En effet, nous avons ainsi la certitude que ces modèles plus récents peuvent être revalorisés et satisfaire aux normes de performance actuelles. "Reconditionné" n'est certainement pas synonyme d'"usagé" ou d'"usé". Bien au contraire… Ce n'est pas pour rien que nous offrons 2 ans de garantie sur toutes les machines.

Cela s'explique également par le fait que nous vendons nos machines par l'intermédiaire des centres clients locaux d'Atlas Copco. Des conseillers expérimentés sont à la disposition des clients pour les accompagner dans leurs décisions d'investissement, en fonction de leurs besoins. Des choix rationnels sont ainsi faits, ne laissant aucune place aux aprioris.

Pouvez-vous nous parler de la collaboration entre OriginAir et les autres départements de développement et de production d'Atlas Copco ? Quelle en est l'ampleur ?

Kwinten Simoens : Les centres clients d'Atlas Copco contribuent grandement à l'amélioration de notre offre propre et nous permettent véritablement de "garder les pieds sur terre" et de rester constamment informés des besoins du marché.

En outre, notre site de Willebroek est évidemment géographiquement très proche d'Atlas Copco Airpower, le centre d'excellence mondial pour l'air comprimé de notre société mère. Cette proximité présente un grand avantage, pour l'échange d'informations techniques, par exemple.

Souvent, nos techniciens ont travaillé auparavant chez Atlas Copco et peuvent toujours se tourner vers elle pour des avis ou des conseils. Inversement, nous recevons souvent des machines ayant fonctionné pendant de nombreuses années dans des conditions particulières, par exemple un environnement très salin. L'analyse de ces machines fournit de précieuses informations pour les départements de développement situés à Wilrijk. Nos ateliers fonctionnent souvent comme un lieu d'apprentissage pour leurs ingénieurs. Nous nous enrichissons ainsi mutuellement.

Quelle est la prochaine étape de vos projets de développement ?

Kwinten Simoens : Atlas Copco est très intéressée par le concept de "product-as-a-service", l'accès à de l'air comprimé étant vendu en lieu et place de compresseurs. Si ce projet se concrétise, nos activités y seront certainement intégrées et nos machines feront partie des solutions totales proposées. Nous souhaitons, quant à nous, surtout poursuivre notre extension géographique. Nous sommes déjà très présents en Europe de l'Ouest et du Sud, mais nos activités ne sont pas encore très connues à l'Est, même dans les centres clients d'Atlas Copco.

Nous projetons également d'impliquer encore davantage les distributeurs dans nos activités. Nous pensons notamment au développement d'une plateforme de connaissances en ligne sur les compresseurs d'occasion et reconditionnés, par le biais de laquelle ils pourraient aussi vendre leur offre. Nous ne manquons donc pas d'idées.

Ce 12 avril a lieu le Global Remanufacturing Day, une journée mettant en lumière des initiatives en matière de reconditionnement partout dans le monde. 

Cet article était-il utile ?