95 % de recyclage de voitures d’ici 2015 : objectif quasi atteint | Agoria

95 % de recyclage de voitures d’ici 2015 : objectif quasi atteint

Image
Agoria
Publié le 20/06/14 par Jean-Marc Timmermans

Febelauto asbl, l'organisme de gestion des véhicules hors d'usage en Belgique, a de nouveau fait un grand pas en avant. En 2013, 94 % du poids de tous les véhicules hors d'usage enregistrés ont été recyclés (le « recyclage » englobant ici la réutilisation et la valorisation énergétique).

C'est ce qui ressort du rapport annuel de l’asbl, dont Agoria, en tant que représentante de l’industrie technologique et de l’industrie automobile en particulier, est membre. Avec une hausse d’1 % par rapport à 2012, Febelauto n’est ainsi plus qu’à 1 % de l'objectif de 95 % de recyclage à l'horizon 2015. De plus, pas moins de 53 centres agréés ont déjà atteint voire dépassé cet objectif (consultez la liste ici).

Tant la législation régionale que les directives européennes uniformes pour la collecte, le traitement et le recyclage des véhicules hors d'usage stipulent actuellement qu’au moins 85 % des épaves de voitures collectées doivent être récupérés, dont 5 % maximum peuvent être énergétiquement valorisés (incinération avec récupération de l'énergie). Ce taux de recyclage doit toutefois passer à 95 % d'ici 2015, avec 10 % maximum de valorisation énergétique. En Belgique, le recyclage de voitures s'achemine peu à peu vers cet objectif. Si l'on veut atteindre ces 95 %, il faut, selon Catherine Lenaerts, directrice de Febelauto, trouver une solution pour le recyclage des plastiques/composites renforcés de fibres qui proviennent des véhicules en fin de vie. 

Tour de force

Les chiffres du recyclage de notre pays comptent depuis plusieurs années parmi les meilleurs d'Europe. « Nous devons entre autres le beau pourcentage de recyclage atteint, à savoir 94 %, aux efforts continus de nos centres agréés », affirme Catherine Lenaerts. « Grâce à des innovations permanentes, 53 centres ont déjà réussi à recycler 95 % ou plus. C'est pourquoi, dans notre rapport annuel, nous tenons à féliciter ces centres pour leur tour de force. Nous pouvons à juste titre être fiers de leurs efforts. »

Leader technologique

Si les centres agréés franchissent en permanence de nouvelles étapes, c'est en grande partie grâce à l'avance technologique dont la Belgique a su se doter ces dernières années. « Des projets novateurs continuent à faire la différence », affirme Catherine Lenaerts. « Le projet Phoenix, par exemple, dans le cadre duquel la fraction résiduelle organique des voitures broyées est utilisée comme combustible pour la cogénération. Ces projets novateurs permettent à notre pays de continuer à jouer son rôle de pionnier en matière de technologie post-shredder. Pour faire le saut décisif vers 2015, nous continuons à encourager et soutenir pleinement la recherche technologique. » 

Chiffres de collecte en recul

Contrairement au taux de recyclage, les chiffres de la collecte de 2013 affichent une baisse notable. L’année dernière, Febelauto a enregistré 134.506 épaves de voitures. Par rapport à 2012, il s'agit là d'un recul de 16 %. Cette année-là, 160.615 véhicules hors d'usage avaient été collectés via les centres agréés. La crise et la baisse des ventes de voitures depuis 2012 sont les principales raisons de ce recul. Mais il reste de la marge pour améliorer la collecte.

« Trop de véhicules hors d'usage n’aboutissent pas encore dans l'un de nos centres agréés », explique Catherine Lenaerts. « Afin de remédier à ce problème, nous devons continuer à lutter activement contre la concurrence déloyale des centres illégaux. Des contrôles approfondis et une collaboration étroite avec les pouvoirs publics régionaux sont donc essentiels. Nous continuons également à sensibiliser les particuliers. » 

La traçabilité fermée est un must

Les véhicules hors d'usage exportés en trop grand nombre vers l'étranger expliquent également le recul des chiffres de la collecte. Catherine Lenaerts : « Ce problème doit absolument être traité, mais sans traçabilité fermée – comme celle que vise le projet Mobivis des autorités fédérales –, il est impossible de tirer des conclusions à ce sujet ou de mettre en œuvre des mesures. Nous continuons donc à insister pour que ce dossier soit rapidement réglé. » 

Vous pouvez consulter le rapport annuel 2013 de Febelauto en ligne.

Source : communiqué de presse de Febelauto 

Cet article était-il utile ?