Thomas Lorent, Pandrol SRS : « L’aspect circulaire de nos produits est notre fierté, mais en B2B ce n’est pas (encore) un argument de vente » | Agoria

Thomas Lorent, Pandrol SRS : « L’aspect circulaire de nos produits est notre fierté, mais en B2B ce n’est pas (encore) un argument de vente »

Image
Publié le 21/11/19 par Sibylle Dechamps
Spécialisée dans la conception de pièces pour le secteur du rail, Pandrol a une activité que l’on pourrait qualifier « de niche ». Pourtant, à y regarder de plus près, les solutions qu’elle propose à ses clients ont un impact bien plus important qu’on l’imagine : sur la durée de vie des infrastructures mais aussi sur le confort des usagers et des riverains.

Pandrol est un groupe mondial spécialisé dans l’ingénierie et la production d’une large gamme d’équipements et composants ‘premium’ destinés au secteur du rail (train, y compris minier et grande vitesse, tramway, metro,...), avec un engagement fort pour la sécurité. Il s’agit d’un secteur où la R&D et l’innovation sont absolument cruciales.

Au sein de ce groupe, l’entité belge Pandrol Sustainable Resilient Systems (SRS), dirigée par Thomas Lorent, était à l’origine une PME belge qui fut rachetée par le groupe Pandrol en 2014. Elle comprend le bureau d’études et d’ingénierie, ainsi que le département ventes et marketing. L’usine quant à elle se trouve en France.

Un produit innovant

Image
Image

Image

Image

En Belgique, Pandrol SRS développe quatre types de produits fabriqués à base de granulats de pneus recyclés (Tapis sous ballast - Tapis sous dalle flottante - Semelles sous-traverse – QTrack® (Quiet Track)).

Sans entrer ici dans des descriptions détaillées, il faut savoir que ces produits ont globalement pour but de protéger les différents éléments qui composent une voie ferrée des forces et autres vibrations causés par le passage des trains. Ce faisant, ils atténuent les nuisances sonores, augmentent la durée de vie des infrastructures en les protégeant, et permettent donc de réduire les coûts de maintenance pour les clients.

Image

« Plus le gestionnaire d’une infrastructure est en mesure le limiter la dégradation de ses voies, au moins il doit intervenir avec des travaux de maintenance. En plus de réduire ses coûts à long terme, il limite les perturbations sur le trafic, » explique Thomas Lorent, GM de Pandrol SRS.

Infrabel, par exemple, a installé plusieurs de ces composants sur la jonction Nord-Midi, notamment à hauteur du passage devant la BNB afin d’éviter que des vibrations n’affectent les coffres-forts ! La STIB pour sa part utilise les solutions de Pandrol depuis une vingtaine d’années. Mais on retrouve les produits développés par Pandrol SRS partout dans le monde.

Ci-dessous une photo du tramway de Sydney totalement équipé de tapis sous dalle flottante et de QTrack®:

Image

Un produit durable

« Nos produits sont triplement durables, » assure Thomas Lorent :

  • « Ils sont en effet fabriqués à base de matériaux 100% revalorisés (granulats de pneus usagés),
  • ils rendent le transport par rail moins cher en améliorant la durabilité des voies,
  • enfin, ils permettent d’atténuer l’impact de ce type de transport sur le public, les riverains notamment. C’est pour contribuer à tout cela que j’ai choisi de travailler pour Pandrol. »

À Bruxelles en particulier où les trams passent parfois très près des maisons, les riverains observent une réduction radicale des vibrations et donc du bruit suite à l’installation de ces produits.

« Le fait que nous soyons en mesure d’améliorer la qualité de vie des gens – en particulier dans un contexte urbain – est un élément qui guide chaque jour le travail de nos ingénieurs, mais qui est très peu connu du grand public, » ajoute Juan Lazcano, Regional Sales Manager de Pandrol SRS.

Un produit « circulaire »

Sur chaque mètre de voie, 100 kg de caoutchouc - l’équivalent de dix pneus - sont utilisés. Pandrol SRS recycle 10.000 T de pneus par an, soit 1 million de pneus. Thomas Lorent : « Rien que la STIB, qui nous achète bon an mal an de quoi équiper 3 à 4 km de voie par an, permet de recycler 30 à 40.000 pneus chaque année. Les chiffres sont équivalents pour Infrabel. » Et la circularité ne s’arrête pas là car Pandrol est en mesure de récupérer ses propres produits en fin de vie pour les rebroyer et les réutiliser.

Un produit sur mesure

Le travail des ingénieurs de Pandrol est aussi un travail de terrain. Chaque situation est analysée avec le client. Ses attentes et ses préoccupations précises sont examinées et les produits proposés sont conçus et réalisés sur mesure. « Nous avons développé un logiciel de calcul – le Pandrol TEM pour 'Track Elastic Model' – afin de modéliser la voie sous tous ses aspects - infrastructure, environnement, contraintes, vibrations... - et réaliser des simulations selon les objectifs à atteindre en terme de réduction du bruit. Nous mettons ensuite au point la solution idéale pour atteindre ces objectifs. Le travail d’engineering va donc bien au-delà la simple fourniture des produits. »

En BtoB, l’aspect environnemental ne fait pas (encore) vendre

Un tramway en Bolivie, le nouveau tram de Sydney, des lignes de minerais de fer en Suède ou aux USA... Pandrol SRS est présent partout dans le monde. L’entreprise réalise aujourd’hui 90% de son chiffre d’affaires hors de Belgique et environ 50% hors d’Europe.

«Nous sommes en croissance et nos produits se vendent très bien car ils sont technologiquement performants et à des prix intéressants. Pas parce qu’ils ont une empreinte carbone réduite,» déplore Thomas Lorent.

« Certains clients potentiels nous excluent même parce que nous utilisons des produits recyclés. Aujourd’hui encore, en BtoB, l’argument écologique ne fait pas vendre. Hormis un seul cas récent - les chemins de fer suédois - je n’ai jamais vu aucune spécification d’un client public ou privé liée à l’aspect environnemental des produits. »

Thomas en est convaincu, vu la part importante des dépenses publiques dans le PIB européen, des marchés publics écologiques et durables - c’est-à-dire qui intègrent des spécifications environnementales et de durabilité - seraient un énorme progrès.

Thomas Lorent : «  C’est notre fierté de développer des produits circulaires qui rendent les voies de trams, métros et trains plus performantes tout en diminuant leurs nuisances sonores pour les riverains. Nous continuons - nous renforçons même - notre communication "verte" et "durable" car c’est un aspect essentiel de notre offre et nous considérons que c’est l’avenir, tout simplement. Nous avons d’ailleurs décidé de lancer une Environnemental Product Declaration (EPD) avec un bureau d’étude indépendant qui va analyser nos produits et certifier leur empreinte écologique globale. »

Pourquoi être affilié à Agoria ?

L’affiliation à Agoria a permis à Pandrol, entre autres choses, de participer aux comités des normalisation en tant que représentant de l’industrie. « Grâce à cela nous pouvons influencer la création et la révision des normes liées à nos produits pour qu’elles soient de plus en plus compatibles avec des produits issus du recyclage, ce qui n’était absolument pas le cas il y a 10 ans. »

« Nous avons aussi découvert le groupe ‘Smart Railway Solutions’ d’Agoria qui est une plateforme de mise en relation très intéressante. On y rencontre notamment des gens qui, bien qu’ils aient des métiers différents du nôtre, sont actifs sur les mêmes marchés et rencontrent les mêmes préoccupations que nous. »

En savoir plus sur Pandrol : www.pandrol.com

Le rail est un élément clef de la mobilité du futur.
Agoria vient de publier un Livre blanc reprenant une analyse pointue de la situation du transport public ferré et nos recommandations aux gouvernements fédéral et régionaux, ainsi qu’à nos villes.

Téléchargez notre Livre blanc : "Le transport public ferré, un transport sûr, capacitaire et efficient"

 

Cet article était-il utile ?

Sujets qui pourraient vous intéresser