Le patron de De Lijn présente son plan d'investissement | Agoria

Le patron de De Lijn présente son plan d'investissement

Publié le 04/07/14 par Jean-Marc Timmermans

La Belgique est un leader mondial en matière d’urbanisation…mais son point faible reste la mobilité. De Lijn est consciente qu’il est plus que temps de remédier à cela, et a choisi de placer en tête de ses priorités pour 2020 le développement de transports publics plus efficaces et plus durables !

Pour De Lijn, réaliser ces plans implique forcément d’importants investissements. Pas évident dans un contexte budgetaire si tendu. Durant la séance d’information ‘Investir durablement dans la mobilité intelligente’, le patron de De lijn, Roger Kesteloot, invité par le groupe d’entreprises 'Rail & Tramway Stock' d’Agoria, a présenté à une soixantaine de fournisseurs de solutions mobilité, les différents projets qui sont dans le pipeline de la société flamande de transport public.

Pourquoi organiser ce type de séance d’info?

Pol Caby (Président du groupe d’entreprises “Rail & Tramway Stock”) :

"Cette séance entre dans le cadre d’une série d’évènements lors desquels des organisations présentent au groupe leur stratégie et leurs plans d’investissement pour les années à venir. Ces séances nous permettent non seulement d’améliorer notre savoir-faire mais aussi de faire en sorte que nos compétences collent au plus près des besoins spécifiques de l’organisation en question. Et enfin de proposer des solutions innovantes pour les aider à réaliser leurs projets.

Durant ce type de séance, les différents fournisseurs de solutions mobilité se rencontrent en ayant toujours à l’esprit l’idée de proposer des solutions globales aux clients. Nous profitons donc de ces rencontres pour détecter les complémentarités en termes d’offre de produits, ce qui est toujours profitable dans notre secteur. C’est un genre de ‘forum’ où les différents fournisseurs font connaissance, c’est aussi l’occasion idéale pour échanger des idées avec l’organisation elle-même."

Quelles projets et investissements sont donc dans le pipeline de De Lijn?

Pol Caby:

"La bonne nouvelle c’est que la société flamande de transport public continue d’investir dans du matériel neuf : bus hybrides, trams urbains, côtiers ou rapides, et véhicules de services. Mais la mise à niveau du parc de véhicules existant est également à l’agenda. Il y a aussi de nombreux projets importants et indispensables d’infrastructures à mettre sur pied.

De Lijn va également, malgré les restrictions budgétaires, continuer le développement du tram en élargissant le réseau actuel d’une part, et en développant de toutes nouvelles lignes d’autre part. Au Limburg (Hasselt – Maastricht) la société réalise le projet Spartacus, et en Brabant flamand et à Bruxelles le Brabantnet (avec une connection au réseau STIB).

De Lijn joue en outre à fond la carte des nouvelles motorisations et des carburants alternatifs. Des solutions innovantes sont soutenues et testées au sein de l’entreprise via plusieurs projets pilotes. Ainsi les équipes en place apprennent à travailler avec ces nouvelles technologies.

Concrètement, la société de transport public flamande mettra en service, dès cet automne, 5 bus à pile à combustible (hydrogène). Ces bus, prévus pour le nord d’Anvers, constitueront un projet de démonstration au niveau européen. Et à Bruges, ce sont des bus électriques avec une toute nouvelle technologie qui vont bientôt circuler dans la ville. Véhicules, batteries et stations de rechargement sont tous trois de fabrication flamande."

Ce secteur regarde-t-il l’avenir avec confiance?

Pol Caby:

"Les différentes sociétés de transport public belges ont toutes une liste conséquente d’investissements à réaliser. C’est une jolie musique à nos oreilles, nous ne nous en cachons pas. Cependant, les nouveaux gouvernements ont probablement des projets d’économies à réaliser. Si c’est le cas, certains investissements devront être postposés. Pour un pays dont le talon d’Achille est justement la mobilité, et qui a déjà un certain retard en matière de mobilité intelligente, ce serait néfaste pour le tissu économique dans son ensemble."

 

Cet article était-il utile ?

Sujets qui pourraient vous intéresser