Wallonie : du neuf pour les réservoirs en zone de prévention de captage | Agoria

Wallonie : du neuf pour les réservoirs en zone de prévention de captage

Publié le 22/11/16 par Patrick Van den Bossche

Un récent arrêté[1] du Gouvernement wallon revoit la gestion du risque des réservoirs d’hydrocarbures en zone de prévention des captages d’eaux potabilisables.

En effet, depuis 2000, les programmes d’actions successifs ont permis de mettre en conformité 7.464 citernes d’un volume inférieur à 3.000 litres (16 % de réservoirs enterrés). Cette mise en conformité a été prise en charge intégralement par la SPGE puisque cette exigence est exclusive dans les zones de prévention de captage pour les citernes de moins de 3.000 litres et ce, pour autant que le producteur d’eau concerné ait signé un contrat de service de protection avec la SPGE.

On constate que le risque hydrocarbure qui est essentiellement un risque pour le sol ne se retrouve pas dans les risques majeurs pour les eaux potabilisables. Dans le cadre des travaux de mise en conformité en zones de prévention, seuls 41 cas de pollution du sol par les hydrocarbures ont été recensés.

Le Gouvernement entend donc mettre en place une gestion préventive du risque, sur base de l’article R. 164 du Code de l’Eau.

Dans ces zones, les stockages de 100 litres à moins de 3000 litres d’hydrocarbures doivent satisfaire aux exigences de la réglementation wallonne en matière de dépôts de liquides combustibles en réservoirs fixes[2] (système de la double protection obligatoire pour les réservoirs enterrés) et des dispositions prises en vertu du décret du 5 décembre 2008 relatif à la gestion des sols.

Les règles ne changent pas pour les nouveaux réservoirs, qui doivent être conformes aux conditions

Le reste est réservé aux membres Agoria