Industrya, fonds d’investissement, incubateur et accélérateur au cœur de la transformation industrielle | Agoria

Industrya, fonds d’investissement, incubateur et accélérateur au cœur de la transformation industrielle

Image
Publié le 02/11/20 par Sibylle Dechamps
Industrya est un nouveau fonds d’investissement dédié au domaine de l'Industrie 4.0 lancé par le Groupe John Cockerill entre autres. Il s'agit d'un des seuls fonds offrant aux porteurs de projets innovants, en plus d’un apport en capital, des programmes d’accompagnement « hands-on » c’est-à-dire « à la carte » et donnant accès à un réseau national et international de connaissances, d’expertise technologique et financière. Jean-Luc Maurange, CEO de John Cockerill nous parle d’Industrya.

Les projets ont besoin d’argent mais pas uniquement...

Industrya est une initiative lancée début juillet par le groupe John Cockerill et les fonds d’investissements sectoriels SFPI-FPIM, la SRIW-W.IN.G, NOSHAQ et LRM.

L’avantage compétitif d’Industrya est qu’il propose - contrairement à de nombreux autres fonds européens - un accompagnement ‘hands-on’ grâce à l’accès facilité aux clients et partenaires industriels de renommée mondiale, à l’expertise technologique et aux compétences des équipes R&D, des ingénieurs projet et des départements de support du groupe industriel John Cockerill.

Il offre également l’accès aux expertises et compétences des partenaires financiers du fonds et en particulier les équipes de SFPIFPIM, NOSHAQ, LRM et WING. Ainsi qu’aux expertises méthodologiques et au coaching des équipes d’Imec, Impulse Partners, Leansquare, Incubathor et d’autres encore.

 

Image

Agoria :Pour quelles raisons le groupe John Cockerill a-t-il décidé d’initier un projet comme le Fonds Industrya ?

Jean-Luc Maurange, CEO de John Cockerill :  « Le business model de John Cockerill est bâti sur l’ innovation permanente au service des clients. Depuis toujours, cette innovation est essentiellement le fruit du travail de nos  équipes internes, elle a d’ailleurs été riche ces dernières années... Néanmoins dans un monde ou l’évolution technologique s’accélère il nous a semblé que nous pouvions booster et accélérer ce processus en nous ouvrant vers l’extérieur. »

« L’intérêt pour John Cockerill est de s’allier à des partenaires déjà familiers du monde de l’innovation, des start-ups et des scale-ups, pour faire quelque chose d'assez unique dans le domaine de l'Industrie : faciliter l’innovation et la maturation de cette innovation, ainsi que sa transformation en business case dans ce monde industriel... et au final créer de nouvelles entreprises. Aujourd’hui en Belgique de nombreux exemples existent dans le monde des biotech, de la pharmacie ou des services. C'est un peu plus rare dans l’industrie. Cela en fait une initiative d'autant plus innovante et plus originale. Et puis, Industrya est un bon moyen de soutenir les industriels de demain qui seront peut-être un jour, qui sait, les partenaires ou les clients de John Cockerill. »

Mis à part sa présence dans l’actionnariat, quel sera le rôle de John Cockerill dans le fonctionnement du Fonds ?

Jean-Luc Maurange :  « Le fonds est une société autonome avec son propre fonctionnement et sa propre équipe. Il était important qu’il en soit ainsi pour éviter toute confusion et tout risque de conflit d’intérêts. Cependant, l’avantage compétitif d’Industrya est qu’il a été initié et mis en place par un groupe industriel avec des partenaires financiers publics. Il est clair que John Cockerill pourra mettre à disposition des start-ups et scale-ups d’Industrya son expertise métier, ses réseaux de partenaires industriels, ses compétences commerciales - notamment sa large couverture mondiale – ainsi que son expertise legal & contract.  Nous pourrons, le cas échéant, servir de 1er client à la start-up pour tester leur solution. Sans oublier que John Cockerill sera en mesure de jouer un rôle de facilitateur pour permettre aux start-ups et scale-ups d’accéder plus facilement, avec plus de crédibilité et de légitimité, aux marchés et clients industriels. »

Quelles sont, selon vous, les principales qualités d’un projet d’entrepreneuriat prometteur ?

Maurange : « Le fonds recherche avant tout des projets innovants, des projets ambitieux, mais aussi des projets dont le contenu technique répond à un besoin client, crée de la valeur. Si il n’y pas de valeur créée, et donc vendue, Il n’y a pas de business model viable à terme. Et puis il y a la personnalité des porteurs de projet. Ils doivent avoir la volonté de se lancer, de prendre des risques, d’OSER. Nous serons là pour les aider et les accompagner, mais l’impulsion doit venir d’eux. Enfin un message à tous les futurs candidats : Etonnez nous ! »

Vous avez une idée ? Vous êtes bienvenu

Votre projet d’entrepreneuriat présente un fort potentiel de croissance, un business model B2B innovant, il se base sur des technologies avancées et des solutions permettant de répondre concrètement aux enjeux et aux besoins des utilisateurs finaux ? Posez alors votre candidature pour rejoindre Industrya.

Industrya investit dans l’industrie de demain et donc dans des start-ups et scale-ups innovantes, mais aussi pourquoi pas les PME ayant des projets de développement innovants. Si vous êtes porteur d’un projet innovant et que vous avez besoin de soutien, peu importe que vous soyez start-up, scale-up ou PME, vous entrerez alors dans le projets à différents stades d’avancement : incubation, accélération...

Quel que soit son stade de maturité, le projet doit cibler l’un de ces 3 domaines :

  1. transition énergétique (énergies renouvelables, photovoltaïque, éolien, stockage d’énergie...)
  2. industries 4.0 (IoT, AI, process, software, hardware, automatisation, digitalisation…)
  3. nouveaux matériaux (particulièrement utile aux 2 autres secteurs)

Gildino Tavares, CEO d’Industrya explique : « En guise de phase test le Fonds Industrya a lancé un appel à projets au sein du groupe John Cockerill. Grâce à cet appel d’’intrapreneurship’, 300 idées nous ont été envoyées et 15 start-ups sélectionnées. Trois en sont finalement ressorties comme étant capables d’intégrer le fonds, qui, je tiens à le rappeler, reste tout à fait indépendant du Groupe John Cockerill. »

Suite au lancement du fonds fin juin 2020, 23 projets de tout le pays ont été sélectionnés.

Gildino Taveres : « Une PME qui veut se diversifier, s’internationaliser ou booster sa croissance, Industrya peut l’aider à entrer dans une autre dimension. Nous ciblons prioritairement la Belgique, puis le Benelux et ensuite la France et Allemagne, ces deux pays étant à la pointe en matière de industrie 4.0 et de transition énergétique. »

 

Téléchargez ici la brochure de présentation d'Industrya 

Image

 

Cet article était-il utile ?

Sujets qui pourraient vous intéresser