Le Track & Trace s'invite dans l’industrie et les applications logistiques | Agoria

Le Track & Trace s'invite dans l’industrie et les applications logistiques

Image
Publié le 21/06/21
La technologie Track & Trace représente un atout considérable pour la logistique et l'industrie en générale. Les raisons de son utilisation pour un projet technique peuvent être très variées : suivre des produits, mais aussi des personnes ou des machines complètes, ou encore des conteneurs par exemple ou des engins de génie civil utilisés dans les travaux publics ou sur les grands chantiers.

Nous connaissons tous cette situation : nous commandons en ligne une nouvelle paire de chaussures ou une nouvelle tablette. Peu après avoir passé la commande, nous recevons un e-mail du fournisseur ou du partenaire logistique qui nous permet de suivre notre colis. Nous appelons cela le « tracking », ou le suivi de la pièce.

Supposons ensuite que cette tablette présente un défaut au bout d'un an et qu'elle tombe en panne. Le fournisseur demande le numéro de production figurant sur notre tablette et peut ainsi savoir où elle a été fabriquée, par qui et avec quels composants. C'est cette démarche que l'on appelle «  tracing », ou la recherche de l'origine des matières premières ou des circonstances de la fabrication.

Cette technologie Track & Trace est bien sûr appliquée en logistique pour visualiser le processus logistique et pour savoir exactement où se trouvent les marchandises. Mais cette technologie est également très utilisée au sein même de l'entreprise. Par exemple, pour connaître le rôle d'une pièce dans l'assemblage ou pour identifier un produit.

Qu’est-ce que le « Tracking » ?

C'est le suivi de la position d'un produit ou d'une pièce dans la chaîne logistique ou dans la chaîne de production d'une entreprise.

Qu’est-ce que le « Tracing » ?

La traçabilité désigne la possibilité de retrouver la trace d'un lot de produits et son historique en ayant connaissance de l'ensemble ou d'une partie de la chaîne de production, depuis l'obtention des matières premières jusqu'à la vente en passant par le transport, le stockage, les processus et la distribution (traçabilité de la chaîne) ou, en interne durant l'une de ces étapes de la chaîne, par exemple au cours du processus de production (traçabilité interne).

Aspects technologiques des projets Track&Trace

Plusieurs éléments sont nécessaires à la réalisation d'un projet Track&Trace. Tout d'abord, nous devons définir précisément notre objectif. Cela nous permettra de déterminer les produits dont nous avons besoin. Outre le matériel pour réaliser cette opération, nous avons également besoin d'une solution logicielle qui intègre l'ensemble. Parce qu'un projet T&T, c'est aussi une question de gestion des données.

Comme nous l'avons déjà mentionné, vous pouvez suivre des produits, mais aussi des personnes ou des machines complètes, ou encore des conteneurs par exemple ou des engins de génie civil utilisés dans les travaux publics ou sur les grands chantiers.  Le tracking peut alors être mis en œuvre. Mais les fiches techniques, les ordres de fabrication ou les « Bill of Materials » (BIM) peuvent également se révéler utiles, en vous donnant des informations supplémentaires sur les éléments que vous voulez soumettre à un T&T.

Track&Trace : pourquoi maintenant ?

Les raisons d'utiliser le Track&Trace pour un projet technique peuvent être très variées.

Il peut être nécessaire de connaître à tout moment l'emplacement d'un produit ou d'un bien parce qu'il a une grande valeur, ou qu'il est coûteux ou qu'il n’est disponible qu’en quantité limitée.

Par exemple, les grues installées sur un chantier de construction sont des équipements très coûteux : non seulement nous ne voulons pas les perdre, mais nous voulons également contrôler leur emplacement et, pour la facturation, savoir pendant combien de temps elles sont disponibles et actives sur le site.

Dans un hôpital, il est intéressant de connaître la position des appareils afin de pouvoir trouver rapidement un équipement vital pour un traitement.

Nous pouvons aussi avoir besoin de savoir, par exemple, où se trouve dans la chaîne de production un appareil que nous fabriquons, et quelles sont les tâches à accomplir à cet endroit.

Ou encore, par exemple, savoir quelles sont les pièces qui doivent être connectées et ainsi identifier la pièce.

Données dans un projet Track&Trace

Dans notre exemple d'assemblage d'un produit, les informations nécessaires peuvent être présentes sur le produit ou centralisées sur un système serveur. Le choix à cet égard est fonction de la possibilité de faire figurer ces informations sur le produit. Si cette possibilité n'existe pas, ou est limitée, l'information est alors centralisée. Il nous faut donc au moins un numéro d'identification sur le produit, soit numériquement au moyen d'une étiquette RFID, soit visuellement au moyen d'un code (QR, code-barres, ....).

Track&Trace avec RFID Tags

L'utilisation d'un système RFID et de Tags, ou étiquettes, constitue une façon très courante d'appliquer le T&T dans un environnement de production. RFID est l'abréviation de radio-frequency identification et désigne un tag (unité électronique) sur lequel figurent des informations sur le bien concerné. Ces informations sont donc lues sans fil par radiofréquence. Le tag est également équipé d'une batterie dont la durée de vie peut atteindre plusieurs années. La quantité d'informations contenues dans le tag peut varier en fonction de la capacité de sa mémoire. Bien sûr, si le tag contient beaucoup d'informations, il doit souvent faire l'objet de lectures et d'écritures, ce qui entraîne une consommation d'énergie. Dès lors, de plus en plus d'étiquettes contiennent seulement des informations de base, par exemple un numéro d'identification. Toutes les données liées à ce numéro sont centralisées sur un serveur de données. Ce système permet de retrouver les informations sur le produit à tout moment et de les mettre à jour si nécessaire.

Il est donc important de procéder à une bonne analyse préalable du projet T&T afin d’identifier ce qui est nécessaire en termes de matériel, mais aussi de développement de logiciels. Il faut aussi déterminer si le circuit est fermé, c'est-à-dire que l'étiquette revient toujours, ou ouvert, c'est-à-dire que l'étiquette accompagne le produit mais ne revient pas à l'entreprise. Le coût des étiquettes constitue également un aspect important. Si seul un numéro d'identification est nécessaire, un code (QR ou autre) sur papier ou gravé au laser sur le produit peut suffire.

Logiciel indispensable

Outre le hardware, un logiciel est également indispensable pour le traitement et la gestion des données. Il importe donc d'en tenir compte dès la phase de conception d'un projet track & trace. Tout d'abord, le produit doit être muni d'un tag ou d'un code approprié. Un dispositif de balayage permet ensuite de lire ce code, grâce à un système de lecture et d'écriture. Ensuite, les données doivent être envoyées à un contrôleur ou à un PC, où les données sont traitées.

Vous trouverez toutes les présentations du webinar qu’Agoria et Logistics in Wallonia ont organisé le 24 septembre dernier.

L'événement, centré sur les technologies de Track&Trace, a dressé l’état de l’art et présenté des cas d’intégration de ce type de technologies dans des industries wallonnes et des cas d’utilisation par des logisticiens wallons.

Image
Image

Cet article était-il utile ?