Le producteur de stores Helioscreen pense 'digital' | Agoria

Le producteur de stores Helioscreen pense 'digital'

Image
Publié le 04/05/21
L'impact de la crise du coronavirus sur la capacité de production d'Helioscreen a été relativement limité. L'entreprise le doit à son engagement de longue date dans la numérisation, tant pour l'usine de tissage de textiles de protection solaire que pour les fonctions de support telles que les achats et la planification. Stefaan Claeys, directeur des opérations chez Helioscreen, et Yves Bourgeois de leur partenaire de numérisation Factry partagent avec nous leurs meilleurs conseils.

Assurer le respect la distanciation sociale à l’heure du coronavirus est beaucoup plus facile pour les entreprises manufacturières qui ont déjà bien entamé le processus de digitalisation de leur production, à l’instar de l’atelier de tissage de l’entreprise Helioscreen, à Lokeren. Helioscreen vend et installe des stores pour le marché belge et produit du textile pour stores destiné au marché professionnel mondial.

L’impact de la crise sur la capacité de production est resté relativement limité chez Helioscreen. Les neuf collaborateurs de chaque équipe de l’atelier de tissage peuvent se tenir à une distance suffisante les uns des autres pendant leur travail, et les sept collaborateurs administratifs (planification, achat...) suivent la production depuis leur domicile grâce au télétravail.

En 2019, Helioscreen s’est associée à la start-up gantoise Factry  pour installer une plateforme de collecte des données et un logiciel MES (un « Historian »). La plateforme collecte les données des systèmes industriels de l’atelier (tels que les capteurs, les PLC et les commandes) et transfère ces informations aux applications bureautiques de l’entreprise (par exemple, à un logiciel ERP ou de BI). De cette façon, tout le monde dispose des bonnes informations au bon moment et au bon endroit, et ce même en cas de télétravail donc. Nous nous sommes entretenus avec Stefaan Claeys, Operations Manager chez Helioscreen, et Yves bourgeois, de Factry.

Conseil n1 : choisissez votre projet pilote intelligemment et donnez la priorité aux « quick wins »

Dès le début de cet exercice, Helioscreen a donné la priorité à la digitalisation de toutes les données relatives aux tissus en rouleau. Les machines à tisser modernes sont dotées de dizaines de capteurs, et sont truffées d’électronique et de systèmes de contrôle avancés. Toutes les machines à tisser d’Helioscreen sont reliées à une base de données (la « Single Source of Truth »). Sur la base de ces données, Helioscreen a d’abord pu clarifier les instructions fournies aux opérateurs par le biais d’écrans ciblés dédiés à l’organisation du travail. Ce procédé a été utilisé tant au niveau des machines à tisser qu’au niveau de la vue d’ensemble de la production, qui est reliée au système ERP. La visualisation des rendements ne se fera que lors d’une phase suivante.

Conseil de Stefaan Claeys (Operations Manager chez Helioscreen) : « Commencez à miser sur ces données le plus rapidement possible pour optimiser les processus opérationnels à travers les écrans d’instruction, et ne commencez pas immédiatement à mesurer les rendements actuels ou à établir des rapports de production. Les écrans d’instructions prouvent immédiatement leur utilité, car ils permettent aux opérateurs de perdre moins de temps à attendre des instructions. Les rapports et les rendements ne doivent donc venir que dans un second temps. »

Conseil n2 : faites du besoin une force et réalisez des évaluations quand cela est possible

Au début du projet mené avec Factry en 2019, Helioscreen ne comptait pas immédiatement commencer à faire télétravailler (à temps partiel) les acheteurs ou les planificateurs. Au terme de la crise du coronavirus, l’entreprise réalisera donc une évaluation approfondie de ce nouveau mode de fonctionnement en concertation avec le personnel. Lorsque la crise a éclaté, les sept télétravailleurs ne disposaient pas tous d’un ordinateur portable ou d’un environnement de travail ergonomique à la maison. Les collaborateurs ont pu emmener chez eux tout l’équipement dont ils avaient besoin, y compris les chaises de bureau ergonomiques, et le service informatique leur a fourni le soutien nécessaire pour qu’ils puissent tous télétravailler en toute sérénité. Un simple déclic doit simplement se produire dans la tête des travailleurs : ils ne doivent pas nécessairement rester devant leur ordinateur de 8 h à 17 h, mais il est important que toutes les tâches soient exécutées correctement afin que le planning de production soit respecté.

Conseil n3 : d’abord la mentalité, puis la digitalisation, mais sans jamais oublier de communiquer

Grâce à la plateforme de collecte de données de Factry, l’atelier de production a beaucoup gagné en sérénité. En effet, tout le monde a désormais accès aux données de production tandis que les opérateurs reçoivent moins de questions de leurs collègues et peuvent gérer leur travail de manière plus autonome. Lors du processus de thermofixation, par exemple, certaines longueurs nécessitent un travail de finition, lequel demande un certain temps. Auparavant, le moment auquel ce processus devait être entamé était fixé de manière centrale, alors qu’aujourd’hui, l’opérateur peut planifier ce moment lui-même pendant son temps de travail.

Conseil de Stefaan Claeys : « Commencez à faire évoluer les mentalités avant de commencer à digitaliser, et continuez à les faire évoluer en permanence. L’un des avantages de la digitalisation, c’est que le système prédit également, par exemple, si le délai de livraison convenu avec le client pourra être tenu. L’opérateur a plus de liberté dans sa gestion du temps grâce au feed-back immédiat du système sur le délai de livraison, et tout cela sans l’intervention du planificateur. Cela apporte une plus grande sérénité et accroît la fiabilité de l’environnement de production. L’introduction de nouvelles visualisations dans l’atelier (p. ex. visualisation de la planification) doit toujours être accompagnée des explications nécessaires. Par exemple, auparavant, les opérateurs avaient l’habitude de suivre des plannings couvrant une période de quatre mois. Lorsque nous avons réalisé certaines améliorations dans les délais d’exécution et que nous avons pu réduire cette période à un mois, cela avait été perçu comme une baisse de performance de l’entreprise, alors que nous n’avions jamais été aussi performants.

Qu’en est-il de l’« après-coronavirus » ?

La plateforme de collecte de données Historian est à la base d’un projet beaucoup plus vaste. Elle permet de tracer les défaillances et donc de vérifier si elles suivent certains modèles. Helioscreen envisage d’ores et déjà d’impliquer le département de confection dans ce processus, afin d’obtenir une vue d’ensemble plus globale. Certaines actions doivent également être entreprises dans le domaine du rapportage.

Stefaan Claeys : « Nous avons également tiré des enseignements de la crise du coronavirus. Les réunions sont plus productives si tout le monde est assis derrière son bureau et dispose en permanence des données correctes ; tenir des réunions par téléphone est également possible, et même parfois plus efficace. Nous pouvons également tirer des enseignements du télétravail, afin de faciliter les déplacements domicile-travail de notre personnel. »

Conseil de Factry

Factry, une start-up numérique principalement active dans l’industrie de transformation, reçoit régulièrement des questions sur l’application d’analyses de données sophistiquées et le déploiement de solutions IA. Souvent, une première phase, à savoir la digitalisation des données et leur synchronisation avec les applications de bureau, permet déjà de réaliser des progrès énormes. De cette manière, les données peuvent être mieux contrôlées et analysées afin d’améliorer sensiblement les processus opérationnels au cours de cette première phase. Dans un deuxième temps, d’autres applications avancées, telles que la découverte de modèles dans les données, peuvent être envisagées. Sur cette base, il sera dès lors possible d’anticiper les modèles incorrects non souhaités (p. ex. pour Helioscreen, détecter automatiquement les arrêts des machines à tisser).

Yves Bourgeois : « Chez Factry, nous pensons qu’il est important d’impliquer tout le monde dans un projet, de l’Operations Manager au planificateur en passant par l’équipe IT, le directeur de production et les opérateurs, afin que la solution apporte un plus à tous les acteurs de l’entreprise. Cela facilite l’adoption et la validation de la solution finale. Il convient donc de procéder étape par étape : commencer petit, tout en conservant une vue de l’ensemble. »


Coronavirus : découvrez plus de ‘best practices’!

Le coronavirus a un impact majeur sur les activités des entreprises technologiques belges. Partagez vous aussi vos "best practices" en envoyant un e-mail à coronavirus@agoria.be ou découvrez d'autres témoignages de dirigeants d'entreprises membres d'Agoria et inspirez-vous de leurs conseils pour assurer la continuité de leurs activités.

Lire la suite
Cet article était-il utile ?