Ouverture du premier centre de dépollution de véhicules électriques en Wallonie | Agoria

Ouverture du premier centre de dépollution de véhicules électriques en Wallonie

Publié le 02/05/19 par Sibylle Dechamps
Le Groupe COMET, basé à Obourg vient d'inaugurer le premier centre de dépollution automobile agréé CA+ en Wallonie. Il est également équipé pour un démantèlement efficace, réglementaire, écologique, et en toute sécurité des batteries de traction de véhicules hybrides et électriques en fin de vie.

Les véhicules électriques, hybrides et plug-in hybrides (Véhicule HE) commencent à percer sur le marché. En collaboration et avec le soutien de FEBELAUTO, les importateurs garantissent une gestion sûre et environnementalement responsable de la fin de vie de leurs véhicules et de leurs batteries. Le secteur du recyclage fait également le saut vers l'électrification, et se prépare, dans le respect de la Norme Febelauto édictée spécifiquement, au traitement, en toute sécurité, de ces véhicules et de leurs batteries. Le 23 avril dernier, le Ministre de l'Environnement, Mr Carlo Di Antonio, a inauguré le premier centre de dépollution automobile CA+ (1), en Wallonie.

Pierre-François Bareel, R&D manager de Comet Traitement

L'entreprise COMET n'en est pas à son coup d'essai puisqu'elle est active depuis les débuts de FEBELAUTO, et même auparavant, dans le traitement, sécurisé et respectueux des conditions environnementales, des véhicules hors d'usage, et ce, en application des Meilleures Technologies Disponibles (MTD).

Batteries et économie circulaire

Jusqu'il y a peu, les véhicules disposaient uniquement de classiques batteries de démarrage au plomb. Aussi bien le plomb, le plastique que les acides de ces batteries trouvent une voie de recyclage, sous conditions d'être traitée par un opérateur agréé.

Les voitures électriques, hybrides ou plug-in hybrides disposent d'une batterie de traction catégorisée batteries industrielles, souvent de technologie Lithium-Ion. Aujourd'hui, le marché de ces voitures se popularisant, impliquent la mise en place de solutions permettant la collecte et le recyclage corrects et effectifs de leurs batteries. Afin que ces solutions soient efficaces, sûres et monitorées, FEBELAUTO a été désigné et affecté comme organisme de gestion de la fin de vie de ces batteries de traction, par les importateurs automobiles. Parmi les solutions à mettre en place, la fédération cherche, entre autres options, à promouvoir le développement d'équipements de stockage d'énergie stationnaires, en phase avec les principes d'économie circulaire et d'extension de la durée de vie des produits...tout le contraire de l'obsolescence programmée. Dans d'autres cas, ces batteries seront directement et complètement recyclées selon les principes des Meilleures Technologies Disponibles (MTD) par des entreprises spécialisées dans le traitement des batteries, dans le respect des principes de la Directive Européenne 2006/66 sur la gestion de la fin de vie des batteries.

(1) Un CA+ se doit de travailler, conformément à la nouvelle Norme FEBELAUTO, dans le cadre de l'enlèvement de ces batteries de traction. Les références à l'équipement, les conditions de sécurité, ainsi que les procédures techniques d'application pour le diagnostic, l'enlèvement, et le remplacement de ces batteries peuvent être trouvées sous http://www.febelauto.be/fr/materiaux-recycles/batterie/

Signature du Manifeste

Les importateurs de 42 marques, en collaboration et avec le soutien de FEBELAUTO s'engagent dans la prise de le responsabilité de producteur, organisant la reprise de leurs véhicules hybrides ou électriques complets, en ce inclus les batteries de traction.  Les importateurs, ou leurs représentants de leur fédération FEBIAC, ont donc signé le Manifeste pour une gestion sécurisée, responsable et écologique, de la fin de vie de leurs véhicules hybrides et électriques.

 
Vous êtes gagnant ? Faites-le savoir !
Vous êtes membre d'Agoria et votre entreprise enregistre des succès : nouvelle commande importante, innovation, extension, distinction, reprise de société… ? Faites-le-nous savoir ! Votre nouvelle sera publiée sur www.agoria.be ainsi que dans cette rubrique sur Agoria Online.

Comment vous y prendre ? C'est très simple : envoyez un texte d'une vingtaine de lignes maximum (de préférence avec photo) à redaction@agoria.be.

Cet article était-il utile ?