« Repair, refurbishment & remanufacturing » dans l'industrie du numérique | Agoria

« Repair, refurbishment & remanufacturing » dans l'industrie du numérique

Publié le 14/07/17
Le marché après-vente des équipements ICT est diversifié et important, tant en tonnage qu'en valeur. Le secteur du numérique propose donc différentes solutions de réparation, de remise en état voire de re-fabrication des produits. Ces solutions complètent les opérations de collecte et de recyclage des équipements en fin de vie.

DIGITALEUROPE, qui représente l’industrie digitale/numérique en Europe (et dont Agoria est la fédération nationale pour la Belgique), publie un document décrivant ces activités. Consultez ici ce document. 

Image

Ces solutions complètent les opérations de collecte et de recyclage des équipements en fin de vie et contribuent à l’économie circulaire.

Le marché après-vente (aftersales market) des équipements ICT est diversifié et important, tant en tonnage qu'en valeur. On estime que les mouvements transfrontaliers d’équipements et de pièces de rechanges en vue de la réparation et de la remise en état des équipements représentent 118.000 T au niveau mondial et 28.000 T rien que pour l’Europe (2014).

70% de ce volume concerne le matériel professionnel et 40% des réparations ‘hors garantie’.

Différentes pratiques co-existent sur le marché et leur degré d’application dépend en grande partie des choix de ‘business models’ des entreprises elles-mêmes :

  • Longevity, Durability & Reliability
  • Maintenance
  • Upgrading
  • Swap & Repair
  • Remanufacturing & Refurbishment
  • Hardware & Software Updates 
  • Guarantees
  • Warranty Plans
  • Resale
  • Leasing
  • Trade-in
  • Reuse
 

 

DIGITALEUROPE définit aussi une série de principes qui devraient guider la standardisation et la législation du marché « après-vente » :

  • Les activités de réutilisation, réparation,… ne devraient pas être réglementées par une législation ‘déchets ;
  • Le potentiel de réutilisation, de réparation, de refurbishment devrait être reconnu plutôt que freiné et encadré ;
  • La réglementation d’écoconception devrait définir des objectifs permettant l’innovation plutôt que des moyens prescriptifs ;
  • Les pièces détachées doivent pouvoir être utilisées comme lors de la production (‘repair as produced principle’) ;
  • La révision de la politique de protection du consommateur doit tenir compte de l’impact sur l’économie circulaire ;
  • Faciliter les flux de produits qui doivent être réparés, analysés,… et ne pas les considérer comme des déchets.

 

 

Cet article était-il utile ?