Proximus adopte des objectifs circulaires ambitieux | Agoria

Proximus adopte des objectifs circulaires ambitieux

Image
Publié le 05/07/21 par Dries Vanneste
Fin mai, Agoria & Sirris ont organisé un Meet & Greet avec des pionniers internationaux de la 'circularité'. Les témoignages d'Interface, de Bosch Siemens Home Appliances, de Faral Automotive et de Ricoh Printing Solutions ont inspiré les participants et leur ont permis de découvrir la façon dont les stratégies circulaires sont appliquées à différents produits et dont les modèles d'entreprise circulaires sont mis en œuvre au-delà de nos frontières. Catherine Bals, Head Sustainability & Reputation chez Proximus, a également partagé les ambitions de son entreprise en matière de durabilité et de circularité.

Quels sont ses objectifs en matière de circularité ? Et quelles actions concrètes a-t-elle déjà mises en place ? Dans cet article, nous levons le voile sur la stratégie que Proximus entend mettre en œuvre pour évoluer vers une économie plus circulaire

Dans une économie circulaire, la valeur des produits et des matériaux est préservée aussi longtemps et aussi intégralement que possible, la production de déchets étant quant à elle réduite à un minimum. Cela profite non seulement à l'entreprise et au client, mais aussi à la société dans son ensemble. La transition vers une économie (plus) circulaire est un changement systémique qui englobe tous les aspects de la vie économique. 

Si nous nous intéressons de plus près aux déchets électriques et électroniques (DEEE), nous constatons que leur quantité totale a atteint 53,6 millions de tonnes (Mt) en 2019, et que seulement 18 % environ de ces déchets sont collectés et recyclés. Les 82 % restants sont enfouis, incinérés ou exportés illégalement (Source : UN Global E-Waster Monitor). D'un point de vue économique, cela représente une perte de valeur de plus de 50 milliards €. Néanmoins, la Belgique obtient de bien meilleurs résultats grâce au vaste système REP, au réseau de Recupel et au reporting réalisé à l'aide de l'outil BeWeee. En 2020, 123.840 tonnes d'appareils électriques et de lampes ont été collectées, ce qui marque une augmentation de 1,1 % par rapport à l'année record de 2019, malgré la crise du coronavirus. En moyenne, 90 % d'un appareil électrique collecté retrouve une deuxième vie : 80 % de ses composants sont recyclés sous forme de nouveaux matériaux, les 10 % restants étant incinérés avec récupération d'énergie (Source : Recupel).  

La réduction des déchets électriques et électroniques est l'un des principaux défis auxquels les opérateurs de télécommunications sont confrontés. C'est pourquoi Proximus prend ses responsabilités pour tenter de réduire l'utilisation de matériaux et les flux de déchets. Proximus souhaite intégrer les principes circulaires dans ses processus, produits et services. De plus, Proximus est particulièrement bien placée pour contribuer à la transition vers une économie plus circulaire à travers la digitalisation. Des solutions numériques telles que l'IoT & l'IA, pour ne citer qu’elles, permettront en effet d'accélérer la transition circulaire (notamment en capturant, traitant et exploitant les données pour prolonger la durée de vie des produits). 

Proximus a pour ambition de devenir une entreprise véritablement circulaire d'ici 2030 et a donc développé un modèle circulaire. Ce modèle consiste d'une part à produire et à consommer moins et mieux, et d'autre part à veiller à ce que la valeur ajoutée des produits soit préservée plus longtemps en prolongeant leur cycle de vie et en réduisant les déchets. Les ambitions circulaires s'inscrivent dans la stratégie générale de Proximus en matière de durabilité. Dans le volet « planète » de sa stratégie, Proximus se donne pour objectif d'arborer un bilan carbone positif au plus tard à l’horizon 2030.

La transition vers une économie circulaire est un élément crucial pour atteindre les ambitions de Proximus en matière de durabilité. Cela signifie que l'entreprise doit se transformer et adopter une nouvelle façon de penser et d'agir. Ce changement demande du temps. Toutefois, nous constatons que même de nombreux petits efforts à différents niveaux de l'entreprise peuvent avoir un impact important. Chez Proximus, nous voulons aussi inciter notre écosystème à changer à grande échelle ! 

 

Le modèle circulaire de Proximus est ancré dans l'ensemble de son écosystème : les efforts des fournisseurs, des employés et des clients contribuent à cet objectif de circularité. Cela se manifeste clairement dans les différentes étapes du cycle de vie d'un produit. 

L'une des premières questions posées est de savoir s'il est nécessaire de développer de nouveaux produits. Le produit est-il vraiment nécessaire ? N'est-il par exemple pas préférable d'offrir au client une solution cloud plutôt que d'installer des serveurs ? 

Si l'étape de la production s'avère indispensable, Proximus procédera systématiquement à une écoconception collaborative : un exercice de réflexion avec les fournisseurs, les clients et les départements concernés au sein de Proximus. La question principale est la suivante : quels matériaux utiliser ? Comment concevoir le produit au mieux pour qu’il puisse être facilement réparé ? Dans tout ce processus, l'entreprise privilégie l'utilisation de matières premières renouvelables plutôt que de ressources épuisables. 

Proximus a récemment développé la Green Internet Box. Lors de la conception de cette box Internet, elle a adopté une approche axée sur l'utilisation de plastiques recyclés et recyclables, la réduction des emballages, la réduction de la consommation d'énergie, la suppression des plastiques et des câbles inutiles et la possibilité de réparation et de reconditionnement. 

La possibilité de réparation et de reconditionnement ne sera pas seulement prise en compte lors de la phase de conception, Proximus se chargera également de réparer ou de reconditionner les appareils elle-même ou en collaboration avec des partenaires afin de prolonger la durée de vie des produits.   

Les modems et décodeurs sont renvoyés au centre de distribution de Courcelles grâce à un système de collecte. Quelque 10 % des appareils en fin de vie sont ainsi recyclés (collecte via Recupel). En outre, 90 % des appareils sont réparés ou reconditionnés. Cela inclut à la fois les remplacements de matériel et les mises à jour logicielles. Au total, plus de 2 millions d'appareils ont été reconditionnés depuis leur lancement en 2014. 

Lorsqu'un produit n'est plus réutilisable, sa conception permet de le recycler et donc de récupérer des matériaux précieux tels que l'or, l'argent, le lithium et le cobalt. Le recyclage des déchets électroniques présente encore un vaste potentiel d'amélioration, notamment parce que plus de 3 millions de vieux téléphones portables prennent encore la poussière dans les tiroirs belges. L'année dernière, Proximus et Umicore avaient donc lancé la campagne « Don’t miss the call », avec pour objectif de collecter et de recycler 150.000 GSM en Belgique. Recupel, elle aussi, a déjà lancé plusieurs initiatives pour augmenter les taux de collecte et de recyclage.  

Outre les actions circulaires axées sur les produits, des opportunités ont également été identifiées non seulement dans le réseau Proximus et les centres de données, mais aussi dans l'immobilier et les installations. Ainsi, Proximus a-t-elle conclu un accord avec Orange Belgium pour le partage de son réseau d'accès mobile. Celui-ci permettra de réduire le nombre d'antennes et donc l'utilisation de matières premières et d'énergie, mais aussi d’offrir une meilleure qualité de service.

Cet article était-il utile ?