L’Agoria Solar Team s’est hissée à la deuxième place au championnat du monde pour les voitures solaires. Toutefois pas de la manière dont nous l’aurions espéré. En effet, des vents forts se sont levés mardi après-midi et mercredi et ont engendré quelques situations dangereuses. Regardez ici notre diffusion Facebook avec nos invités et le compte rendu du jour de notre envoyé en Australie, Marc Lambotte.


BREAKING NEWS : tôt ce jeudi matin, nous avons appris que l'Agoria Solar Team a été le premier à franchir la ligne d'arrivée à Adélaïde. Félicitations ! Plus de détails.

 

Conditions extrêmes

Mardi après-midi, de puissants vents latéraux se sont levés. De nombreuses voitures solaires ont dès lors commencé à tanguer sur la route. La voiture belge a traversé un tourbillon, ce qui l’a fait déraper. Ce dérapage a heureusement été immédiatement contrôlé par notre pilote chevronné Bert Longin qui a maintenu la voiture sur la piste. Les étudiants ont pu terminer la journée en sécurité, mais durant la nuit, ils ont également subi un orage. Lorsque la tempête de sable et de pluie s’est abattue sur le campement, ils ont mis toute leur énergie à se mettre à l’abri et à mettre la voiture solaire, la BluePoint, en sécurité. Une heure après le départ de la quatrième journée, mercredi, ils ont aperçu tout à coup la voiture solaire de la Solar Team Twente sur le bord de la route. Jusque là, Twente avait occupé la première place durant quasi toute la course. « En raison des vents forts, deux voitures solaires ont quitté la piste mercredi. Pour l’équipe de Twente, la course est malheureusement terminée. Heureusement, leur pilote est sain et sauf », explique Inge Habets, ingénieur structurel. L’équipe de Louvain arrive ainsi à la deuxième place, avec des sentiments mitigés.

Course poursuite

Les étudiants de la KUL Leuven ne se sont pas laissés décourager et ont alors entamé une véritable course poursuite. « Comme nous pouvons diriger notre voiture le nez dans le vent, nous pouvons rouler de manière beaucoup plus stable », explique Emmerick Vandervelpen. « La voiture qui nous précède a dû ralentir, tandis que nous avons pu maintenir notre vitesse stratégique », poursuit l’aérodynamicien. La confiance dans la voiture et les pilotes était grande, de sorte qu’ils ont pu être sur les talons de leurs concurrents néerlandais durant toute la journée. En raison de la nébulosité variable, il n’a pas été facile de réduire l’écart, mais l’équipe belge y est parvenue. L’écart en temps a ainsi été réduit de 43 minutes à 7 minutes. « Nous démarrons demain juste après Vattenfall. Nous devons encore parcourir 299 km. Nous espérons pouvoir les dépasser et passer ensuite la ligne d’arrivée en premier », conclut Inge.

Suivez notre émission en direct le 17 octobre vers 17h sur Facebook, pour y découvrir une analyse de la course. Suivez les compte-rendus de l'Agoria Solar Team sur notre site web (timeline),Facebook, Instagram et LinkedIn!