Agoria, Sirris et plusieurs entreprises belges ont passé une semaine au coeur de la Silicon Valley. Elles ont pu y découvrir les prochaines évolutions de l'usine du futur comme par exemple le développement de l'intelligence artificielle dans le secteur manufacturier.


Les récentes avancées dans le domaine de la génération de données et de l'apprentissage automatique (machine learning) - également appelé intelligence artificielle pour la production - vont radicalement transformer le secteur industriel en permettant aux " usines du futur " d'évoluer vers un processus de production toujours plus personnalisé et connecté.

Agoria et Sirris, en compagnie de E.D.&A., Daikin, 24/7 TailorSteel, Van Hoecke NV et Newtec, ont passé une semaine entière dans la Silicon Valley afin de prendre le pouls des progrès accomplis dans la région en matière de digitalisation et de production.

Figuraient au programme de cette semaine :

  • une visite d'une journée complète au plus grand salon RSA dédié à la cybsersécurité à San Francisco, avec notamment des keynotes de Symantec, Cisco, Juniper et Monica Lewinski (!) ;
  • deux visites à des Global Manufacturing Innovation Centers (Jabil et Flex) ;
  • une rencontre le vendredi après-midi avec Roel Peeters, CEO de Roost Labs ;
  • une visite de l'université de Stanford (à Palo Alto) et de l'université de Berkeley avec l'expert en IA, Pr Pieter Abbeel (à San Francisco) ;
  • une présentation dans les bureaux de Trident VC sur l'approche de Bayshore en matière de cybersécurité et de technologie opérationnelle (OT) ;
  • une visite du siège de GE Ventures où nous avons pu découvrir deux projets d'investissement dans l'impression 3D (Carbon et Desktop Metal) et rencontrer une entreprise spécialisée dans le big data (SightMachine) ;
  • une visite de clôture le samedi à Monterey et Pebble Beach où nous avons pu arpenter en voiture le fameux et magnifique " 17-mile drive ".

     

Pieter est probablement le seul expert belge à entretenir des contacts assez étroits avec des 'stars' de la Silicon Valley, dont il suit lui-même les principes suivants :

  • … répétez en permanence l'objectif ('la lutte contre le changement climatique') - E. Musk
  • … essayez de déléguer un maximum - Larry Page (Google)
  • … demandez encore et toujours " pourquoi ? " - E. Musk
  • … le meilleur secteur où il faut être actif, c'est le secteur à zéro milliard de dollars, où personne n'est encore présent - Jensen Huang (Nvidea)
  • … vous réalisez la majeure partie de votre marge avant que vos concurrents ne se lancent - J. Bezos (Amazon)
  • … choisissez uniquement des investisseurs qui croient réellement en vous car vous ne serez pas toujours à même d'expliquer clairement tout ce que vous faites - Jensen Huang (Nvidea)
  • … exigez une ligne du temps pour la réalisation de vos projets - E. Musk
  • …  faites en sorte que les autres vous sous-estiment – J. Bezos (Amazon)

Les thèmes suivants sont aujourd'hui clairement inscrits dans les gènes de la Silicon Valley pour ce qui concerne la fabrication industrielle :

  1. transformation digitale ;
  2. intelligence artificielle (apprentissage automatique) ;
  3. cybersécurité.

Nous aurons le plaisir de vous en dire davantage sur les faits et attentes de certains des visionnaires que nous avons rencontrés à propos de ces trois thèmes.

Mais laissez-nous d'abord vous présenter dans ce premier article  la culture de la Silicon Valley

" Il semble beaucoup plus facile de réaliser des choses lorsque tout autour de vous va dans ce sens. " Pieter Abbeel, Professeur à l'université de Berkeley, Expert en IA et apprentissage automatique

La Silicon Valley N'EST PAS...

... un endroit précis

La Silicon Valley n'est pas un endroit que vous pouvez pointer sur une carte. Il s'agit d'un ensemble disparate de villes indépendantes, généralement de petite taille, sans identité formelle ni frontières. La Silicon Valley ne possède pas de gouvernement ni de cadre régional pour la prise de décision. 

... un phénomène prévu

La Silicon Valley n'est pas soutenue par la politique nationale américaine ; ce n'est pas le résultat d'un programme des autorités locales. Au contraire, la Silicon Valley a toujours suivi des modèles de développement (très) chaotiques.

" La Silicon Valley se redressera TOUJOURS, quoi qu'il arrive. En l'an 2000, l'effondrement de l'économie high-tech a engendré la perte de 350 000 emplois ; deux ans plus tard, la situation s'était complètement rétablie SANS AUCUN SOUTIEN DES AUTORITÉS. " Ivo Bolsens, VP et CTO, Xilinx

QG d'Apple – entrée des travailleurs

À la Silicon Valley, tout est une question de...

mérite

Peu importe que vous soyez un jeune de 18 ans ou un vieux vétéran. Ce qui compte à la Silicon Valley, c'est que vos idées méritent de retenir l'attention.

" Mon fils de 18 ans a reçu récemment 2 millions de dollars américains de capital-risque ", Ivo Bolsens, VP et CTO, Xilinx

… mentoring

Les gens (riches) veulent vraiment donner quelque chose en retour, mais pas en sponsorisant une équipe de football, par exemple.  Ce qui veut dire que la plupart du temps, ils investissent (une partie de) leur fortune dans d'autres start-ups ou dans des projets de recherche utiles pour la société.

... argent

Contrairement au reste du monde, il y a de l'argent à foison dans la Silicon Valley.

... mobilité

La flexibilité en matière de travail est extrêmement élevée dans la Silicon Valley (les gens changent de job comme on change de voiture). C'est dû en grande partie au fait que la Silicon Valley recrute des candidats venus du monde entier. C'est vraiment ce qui rend la région unique.

Les gens de la Silicon Valley...

... sont toujours en quête de changement et réfractaires au statu quo

... se réinventent constamment 

... peuvent facilement payer un loyer mensuel de 2 500 dollars pour un appartement " pas si beau que cela "

 

Les investisseurs de la Silicon Valley...

... investissent plus que tout dans les GENS, en suivant une formule à succès plus ou moins standardisée :

trouver un investisseur

=

gagner un prix technologique ou rédiger une belle thèse

+

avoir un premier client qui a réussi

 

Guardsquare, scale-up belge spécialisée dans la protection des applis, nous a confirmé cette formule lorsque nous avons rencontré sa CEO, l'ancienne judokate Heidi Rakels, à la conférence RSA.