L'éclairage public a pour objectif premier d'éclairer les routes et de garantir la sécurité. Mais dès lors qu'il est question de smart city, un luminaire au sein de l'espace public prend une tout autre dimension. Progressivement l'éclairage public des routes communales va devenir connecté et s'intégrer à un réseau urbain intelligent.


Le luminaire devient un objet connecté. Tout comme la localisation d'un smartphone, qui est connue, celle de chaque armature est numérisée. Mieux encore : grâce à la numérisation, la ville ou commune dispose d'un aperçu de l'ensemble du réseau d'éclairage : consommation réelle d'électricité, nombre d'heures d'éclairage par lampe, travaux de maintenance, nombre d'interventions, coûts réels de maintenance…

À certains endroits de la ville ou commune, les lampes connectées seront en outre, bientôt, intégrées à d'autres applications smart city. Par exemple, lorsqu'un capteur sonore ou une caméra détectera un accident, l'éclairage des lampes situées dans les environs s'intensifiera. Ou l'intensité deviendra maximale lorsqu'un groupe de personnes sera repéré par un détecteur de présence. Elle pourra également être réglée de manière dynamique en fonction du type de passant. Le luminaire devient même un hub multifonctionnel d'applications numériques.

Quel business model et que permet-il de faire ?

Nous constatons qu'aujourd'hui, la priorité est donnée au remplacement des armatures conventionnelles par des armatures LED. Malheureusement, cette transition est nettement plus lente que dans nos pays voisins, les Pays-Bas et la France, où le pourcentage d'armatures LED est respectivement de 10% et 7%, contre 2,3% en Belgique.

Dans le cadre de cette transition, la ville doit adopter une stratégie afin de déterminer les armatures devant être connectées ou non, et celles qui seront à terme intégrées dans des applications smart city.

À cet égard, il importe également d'opter pour le modèle économique adéquat : investissement direct, leasing, lumière en tant que service ou constructions PPP. L'industrie est, quant à elle, prête à prendre ses responsabilités et à en assumer les risques. En France, les constructions PPP pour l'éclairage public sont une pratique courante dont nous pouvons nous inspirer et où l'" intégrateur " joue un rôle crucial.

En fonction de l'application, l'économie sur la facture d'électricité varie de 30% à 80%. Celle sur les coûts de maintenance atteint rapidement 50%. Nos villes et communes pourraient bientôt économiser 700 millions d'euros en 10 ans.

Un livre blanc gatuit

Au sein du groupe de travail smart city " smart energy ", la position du secteur a été exposée dans le livre blanc " Éclairage public extérieur intelligent pour la ville de demain  ". Il vous en apprend davantage sur la notion d'éclairage connecté et les divers modèles économiques et vous propose un aperçu des possibilités offertes par un éclairage LED connecté, dans un contexte de smart city ou non, ainsi que des exemples inspirants.

Vous y trouverez également des conseils sur la façon de gérer intelligemment la transition vers un éclairage LED. Y figurent aussi, en guise de conclusion, des recommandations à destination des autorités locales et régionales.

Rendez-vous le 26 mars au Agoria Smart Cities Forum 2019. Info et inscriptions : www.smartcitiesforum.be 

Nos experts sont disposés à venir vous fournir plus d'explications si, en tant qu'autorité locale, vous envisagez d'introduire un éclairage LED connecté, dans un contexte de smart city ou non. Intéressé ? Contactez Ingrid.reynaert@agoria.be

Téléchargez ici le livre blanc gratuit :