Le recyclage des plastiques en Belgique a augmenté de 54% depuis 2006, mais les plastiques recyclés ne sont pas encore pleinement exploités pour la production de nouveaux produits. Voici ce qui ressort d’une étude sur la place de l’industrie belge des plastiques au sein de l’économie circulaire.


Agoria et essenscia ont publié une étude qui démontre le potentiel des matières plastiques au sein de l’économie circulaire.

Pour la première fois, le degré de recyclage de différentes sortes de plastiques et l’utilisation de matériaux recyclés dans différents secteurs ont été cartographiés au niveau belge. Les résultats de cette étude ont été communiqués aujourd’hui à l’occasion du Belgian Plastics Day. Cet événement était organisé conjointement par la fédération technologique Agoria et essenscia, la fédération sectorielle de la chimie et des sciences de la vie.

Quelle quantité de déchets plastiques est collectée et recycléee en Belgique, dans quel secteur et de quelle manière ? Une étude approfondie au sujet de la circularité du secteur belge des plastiques répond à ces questions. Elle concerne les déchets plastiques des consommateurs et a été réalisée par Conversio, à la demande d’Agoria et d’essenscia PolyMatters, la division plastiques d’essenscia, avec le soutien de Plastics Europe, la fédération européenne des plastiques.

Le recyclage des plastiques est en hausse, mais les matériaux recyclés ne sont pas suffisamment réutilisés comme matière première pour les nouveaux produits

La plupart des produits en plastique ont une longue durée de vie

Il existe différentes sortes de plastiques ayant chacun leurs caractéristiques spécifiques. Les plastiques les plus couramment utilisés sont le polyéthylène, le polypropylène, le polystyrène, le PVC et le PET. On les retrouve principalement dans les emballages, les matériaux de construction, les voitures et l’électronique. Constatation intéressante : sur le marché belge, plus de la moitié des produits en plastique ont une durée de vie allant de 2 à 50 ans, reportant à plus tard leur recyclage. Pensons aux matériaux d’isolation, téléviseurs, voitures, réfrigérateurs, chaussures, meubles de jardin, etc.

Le recyclage des plastiques a augmenté de 54%

L’année dernière, 610 kilotonnes (kton) de déchets plastiques provenant des consommateurs ont été collectées dans notre pays. La part des plastiques représente donc moins de 2% du total des déchets. Cela concerne principalement tous les types d'emballages (57%), les matériaux de construction (8%) et les appareils électroniques (8%). Environ un tiers (34%) de ces déchets plastiques sont recyclés, c’est-à-dire plus de 200.000 tonnes, ce qui représente une augmentation de plus de 50% depuis 2006. Les plastiques non recyclables sont incinérés (64%). L’énergie dégagée est récupérée. Tandis qu’en Europe, un quart des déchets plastiques est encore déversé, cela ne représente que 2% en Belgique.

Les plastiques recyclés sont encore trop peu réutilisés

Avec 43%, le taux de recyclage le plus élevé est répertorié dans l’agriculture et l’industrie de l’emballage. En d’autres termes, près de la moitié des matériaux en plastique provenant de ces secteurs sont recyclés. On pourrait améliorer l’utilisation de plastiques recyclés pour la production de nouveaux produits en plastique. Avec 160 ktonnes, la part des produits recyclés représente actuellement environ 6% de l'utilisation totale de matières premières dans le secteur. Ces matériaux recyclés sont principalement réutilisés dans le secteur de la construction (44%), l’industrie de l’emballage (28%) et l’agriculture. Il existe donc encore beaucoup de potentiel pour les matières plastiques au sein de l’économie circulaire.

« La conclusion principale du rapport ? Nous devons utiliser davantage les plastiques recyclés pour la fabrication de nouveaux produits. Comment ? En investissant dans la technologie de pointe innovante pour un tri et un recyclage approfondi, mais également dans la conception de produits intelligents afin de promouvoir le recyclage des plastiques. Agoria est convaincue que l'économie circulaire offre de nombreuses opportunités pour transformer le problème des déchets en une réelle opportunité pour les entreprises de passer à un esprit d'entreprise plus durable. À cette fin, nous souhaitons aider les entreprises à réaliser ce modèle économique et présenter au gouvernement les obstacles à celui-ci », commente Julie Leroy, Business Group Leader chez Agoria.

« Les plastiques sont des matériaux précieux qui font partie intégrante de notre société moderne et qui sont indispensables à notre qualité de vie. Grâce à l’isolation et aux matériaux ultra-légers en plastique, nos bâtiments et moyens de transport sont plus respectueux de l’environnement. Le taux de recyclage des plastiques est en augmentation mais nous pouvons et nous devons faire encore mieux. Le recyclage chimique pourrait faire partie de la solution. Il permettrait d’incinérer moins et de recycler et réuitiliser plus. Via le recyclage chimique, les polymères sont redivisés en monomères et peuvent servir de matières premières pour de nouveaux plastiques ou pour l’industrie chimique. Les plastiques seraient ainsi les meneurs de jeu de l’économie circulaire », explique Saskia Walraedt, directrice d’essenscia PolyMatters.

L’étude démontre aussi clairement que le secteur des matières plastiques contribue largement à l’économie et à la prospérité de la Belgique. En 2018, le secteur comptabilisait plus de 30.000 emplois, principalement dans la transformation des matières plastiques. Il réalisait un chiffre d’affaires de 14,2 milliards d’euros et une valeur ajoutée de 3,8 milliards d’euros, soit 1% du produit intérieur brut.

Téléchargez ici la brochure  : "Industrie belge du plastique et économie circulaire : où en est-on ?"