La journée de Pi - The Day of Pi - est une célébration annuelle de la constante mathématique pi, le rapport entre la circonférence d'un cercle et son diamètre. Depuis trois ans, Nokia organise à cette occasion un événement STEM proposant une multitude d'ateliers interactifs s'adressant aux jeunes. Agoria s'est chargée de la programmation de l'après-midi : atelier " Drones " de RVO-Society, témoignages inspirants de " Factories of the Future " et appel encourageant à viser une carrière dans le secteur des technologies.


Les 14 et 19 mars, quelque 300 élèves de sixième secondaire se sont ainsi rendus chez Nokia à Anvers. Au programme : une série d'ateliers interactifs, chacun axé sur les éléments Science, Technology, Engineering et Mathematics — abrégés en STEM.

Par cette initiative, l'entreprise de télécommunications souhaite encourager davantage de jeunes à s'engager dans des filières STEM dans l'enseignement supérieur. " Ce que nous entendons démontrer aujourd'hui, c'est que les technologies touchent à tout. Nokia compte actuellement 55 postes vacants qu'elle ne parvient pas à pourvoir. À travers ce programme, nous espérons limiter ce nombre à long terme ", explique Frank Defoort (Nokia).

Les télécommunications d'aujourd'hui et de demain

Une visite interactive des bâtiments de Nokia a mis les jeunes au contact des télécommunications d'aujourd'hui et de demain. Ils ont ainsi pu découvrir l'atelier des logiciels et des tests, l'atelier du matériel, les espaces de détente et le service de recherche de Nokia " Bell Labs " avec une démonstration de Compass (un outil de partage de logiciels). Dernier arrêt : le laboratoire intégré abritant un centre de données Nokia — pour répondre à l'éternelle question " À quoi ressemble réellement le cloud ? "

Alexander van der Zee (Nokia) a présenté l'histoire de Nokia Bell Anvers. Au travers d'un quiz ludique, il a présenté aux jeunes quelques anecdotes surprenantes sur l'entreprise. " Ainsi, Nokia a non seulement remporté neuf prix Nobel, mais aussi un Oscar et trois Emmy, notamment pour ses techniques sonores. Quel bonheur de voir ses jeunes en rester bouche bée ! ", s'amuse-t-il.

" À quoi servent donc tous ces cours de mathématiques et de sciences ? " Voilà une question que se posent de nombreux élèves de l'enseignement secondaire général. L'atelier de Frank Defoort a mis en évidence les applications pratiques des cours de mathématiques à travers un exemple concret : Facebook. " Nous partons d'une vidéo tournée au Sportpaleis et nous exposons tout ce qu'elle subit : la numérisation, la compression, l'envoi, la modulation, le routage et toutes les opérations mathématiques qui s'y rapportent. Ensuite, les jeunes regardent leur smartphone avec un grand étonnement. Car oui, un si petit objet peut faire tout cela ! "  " Les applications pratiques sont fascinantes. Je n'y avais jamais réfléchi ", résume l'élève Robin De Lee.

L'atelier " Ingénieur chez Nokia " a donné aux jeunes un autre aperçu de la vie des ingénieurs de Nokia. À première vue, on peut penser que ce métier n'est pas le plus attirant... mais quand on montre aux élèves en quoi il consiste vraiment, ils sont captivés. Alexander van der Zee résume la situation ainsi : " Les élèves posent des questions telles que "Quelle est la différence entre un ingénieur industriel et un ingénieur civil ? Font-ils le même travail ? Combien de femmes travaillent ici ? Combien gagne un ingénieur ?" "

Intelligence artificielle et RX

" À quoi faut-il être attentif lorsqu'on apprend à conduire ? Pourquoi y a-t-il soudainement une croix rouge sur l'écran au-dessus de cette voie ? " Au Centre flamand de la circulation routière, Peter Bruyninckx présente les technologies qui servent à surveiller le trafic en direct et le type d'intelligence artificielle utilisée pour ce faire. La salle de contrôle abrite des dizaines d'écrans qui permettent de contrôler le trafic en Flandre et éventuellement d'apporter des corrections.

Ensuite, durant la séance sur l'intelligence artificielle, un intervenant explique ce qu'est l'apprentissage automatique et la manière dont Nokia applique cette technologie. " À titre d'exemple, on montre aux élèves comment fonctionne la détection des erreurs dans le câblage. Ces erreurs sont introduites dans une machine, puis détectées automatiquement grâce à l'apprentissage profond. Un bel exemple de technologie ! ", s'enthousiasme Werner Raeves (Nokia).

Qu'il s'agisse de réalité augmentée, virtuelle ou mixte, la réalité X est de mise. Nokia dispose de son propre centre de formation en RX, que les élèves ont pu essayer. " On met des lunettes, puis des appareils apparaissent soudainement sur la table et on peut les faire pivoter. Il n'y a rien de réel sur la table, mais c'est tout comme. Nous nous concentrons également sur la technologie nécessaire à cette application et sur la manière dont Nokia prépare l'internet pour cette RV ", explique Alexander van der Zee. " C'est une expérience spéciale qui permet de vivre la technologie d'une manière différente ! ", affirme Helena De Ryck, étudiante en mathématiques-grec au Petit Séminaire Saint-Joseph.

Des talents innovants pour l'avenir

L'après-midi a été un peu plus ludique. Au travers de l'atelier " Drones ", organisé par RVO-Society, les élèves ont pu apprendre à piloter un drone par eux-mêmes.

À quoi ressemblera l'usine du futur ? Comment faire face aux défis de la quatrième révolution industrielle ? Paul Peeters et Anje Van Vlierberghe (Agoria) ont exposé le concept d'" usine du futur " de manière claire et accessible. Ensuite, Marijke Keters, directrice générale de Mirion Technologies et Elien Vandamme, coordinatrice de la chaîne d'approvisionnement interne d'ED&A — deux véritables usines du futur — sont venues présenter leur parcours. Elles ont mis les élèves au défi de découvrir les interfaces entre ce qu'on leur enseigne à l'école et le monde de l'entreprise. Non seulement les mathématiques, mais aussi la physique, la chimie, la géographie et les langues ont des liens avec les usines du futur. Une approche qu'a beaucoup appréciée Eric Verhees, professeur à Notre-Dame de la Présentation de Bornem : " Comment nos élèves s'intégreront-ils dans les entreprises de demain ? Voilà une question fondamentale. Les écoles doivent se renouveler constamment. "

On entend le même son de cloche partout : " Nous recherchons différents types de profils techniques ! " C'est pourquoi Agoria s'est penchée sur le secteur des technologies et a dressé l'inventaire des rôles innovants les plus fréquents. Veerle Vermeulen (Agoria) : " Nous avons besoin de talents techniques, analytiques, commerciaux, entrepreneuriaux, sociaux, etc. Nos huit rôles innovants peuvent aider les jeunes à s'orienter. Bientôt, cela sera aussi possible grâce à un tout nouveau test en ligne. Affaire à suivre ! "