Melotte, membre d'Agoria à Zonhoven, spécialisée dans les pièces de précision de haute technologie et l'impression 3D sur métal, fête cette année ses 50 ans. Depuis sa création en 1970, l'entreprise, qui a intégré le groupe Picanol (Euronext : PIC) en 1990, a continué à se développer grâce à des investissements continus dans les technologies les plus innovantes dans le domaine des pièces de précision de haute technologie. Par exemple, Melotte a récemment achevé un programme d'investissement de 2,5 millions d'euros avec l'installation d'une nouvelle rectifieuse cylindrique.


Depuis plus de 50 ans, Melotte se concentre sur le développement et la production de pièces de précision de haute technologie en petites séries, souvent de formes complexes et dans des matériaux difficiles à usiner. Elle est également active dans la construction et la révision de moules. Il y a une dizaine d'années, Melotte a apporté une nouvelle bouffée d'air frais dans le monde de la technologie, devenant l'une des premières entreprises en Belgique à lancer des techniques innovantes d'impression 3D pour les pièces métalliques - en complément du fraisage, du tournage et de la rectification traditionnels. Alors qu'au début, l'accent était mis sur les prothèses dentaires, les montures de lunettes sur mesure et autres accessoires, depuis quelques années, l'accent est principalement mis sur les composants industriels pour diverses industries. En attendant, Melotte peut compter sur un beau portefeuille de clients avec des acteurs internationaux tels que Exxon, Sabic, Pfizer, Duracell, Panasonic, et bien d'autres.

"Ces dernières années, nous avons investi environ un demi-million d'euros par an dans les nouvelles technologies afin d'encore mieux servir nos clients. En 2017, nous avons fait un pas de plus dans l'impression 3D sur métal en achetant le SLM Realizer. Cette machine offre également la possibilité d'imprimer des pièces en aluminium, ce qui nous a permis d'augmenter notre champ de travail. En 2018, nous avons acheté l'Okuma LB3000 : un tour avec chargeur de barres qui permet de finir des séries plus importantes à moindre coût. Un an plus tard, une nouvelle fraiseuse pendulaire a suivi. Cette année, nous avons investi dans une nouvelle rectifieuse cylindrique Studer S41 avec chargement automatique des cobots."

Cette rectifieuse cylindrique ultra-précise nous permet non seulement de rectifier des cames excentriques dans une plage de quelques microns en plus du travail de rectification cylindrique conventionnel de haute précision, mais elle nous permet également de travailler de manière plus précise et plus stable de façon entièrement automatique. Enfin, notre bâtiment a également été modernisé et nous avons investi dans un éclairage LED durable", témoigne fièrement Peter Perremans (PDG).

"En plus de maintenir nos machines à jour, notre plus grand défi pour les années à venir est d'ancrer nos connaissances. Beaucoup de nos spécialistes techniques approchent progressivement de l'âge de la retraite et doivent être remplacés par de nouveaux employés. Avec des partenaires externes, nous avons récemment lancé un projet dont l'objectif est de saisir ces connaissances autant que possible. Nous sommes impatients de voir ce que les 50 prochaines années nous apporteront".