Le covid-19 est l'un des événements les plus disruptifs ayant récemment secoué notre société et notre économie. L'épidémie, la distanciation sociale, la chute brutale de la demande et, pour de nombreuses entreprises, la pénurie de stocks, on eu un impact énorme sur les activités de production et les revenus des entreprises. Mais quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Le Covid-19 pourrait-il servir de catalyseur pour une économie plus circulaire ? Dans une série d’articles, nous passons l'économie circulaire au crible, en liant théorie, exemples concrets et bonnes pratiques.


En 2020, le covid-19 aura provoqué la plus forte baisse de l'activité économique en Belgique depuis 80 ans. Dans une optique plus large, la crise met en évidence un certain nombre de défis pertinents pour l'industrie technologique :

  1. La dépendance à l'égard des pays d'Extrême-Orient, comme la Chine, pour l'approvisionnement en matières premières primaires et en produits finis ;

  2. La dimension mondiale de la crise illustre le revers de la médaille de la mondialisation et de l'échange intensif de personnes, de biens, etc. Nous avons délocalisé plusieurs unités de production en Chine, entre autres, ce qui a décuplé l’impact de la crise du covid-19. La vulnérabilité de nos chaînes de valeur a été exposée au grand jour ;

  3. Nous assistons à une forte baisse des prix des matériaux en raison de la crise du coronavirus. Toutefois, cette tendance est temporaire et, une fois la relance amorcée, ces prix risquent d'augmenter à nouveau. Le coronavirus montre une fois de plus la volatilité des prix des matériaux. Par ailleurs, il faut souligner que les prix des matériaux augmentent depuis 2005 et constituent donc un coût en constante augmentation pour les entreprises technologiques et les entreprises manufacturières en particulier ;

  4. Une crise sert souvent de test de résistance pour évaluer le degré de résilience et la robustesse de la gestion des risques. Les petites et moyennes entreprises manufacturières sont souvent plus résilientes et flexibles ; elles continuent à produire ou peuvent modifier leurs produits ou leurs processus du jour au lendemain ;

  5. L’importance de la contribution sociale. Les entreprises qui contribuent de manière sociale et active à la lutte contre le coronavirus sont plus attrayantes pour les investisseurs, mais aussi pour les travailleurs actuels et futurs.

Comme toujours en cas de crise, des opportunités sont à saisir

Quelles leçons les entreprises technologiques peuvent-elles tirer de cette crise ? En d'autres termes, en quoi la crise peut-elle permettre aux entreprises d'être tout simplement mieux armées contre ses effets et les défis qu'elle soulève ? Les entreprises peuvent-elles faire de cette crise une occasion de réduire leurs coûts et de créer davantage de valeur ?

Une partie de la solution consiste à accepter la transition vers une économie circulaire

Pas simplement parce que c'est à la mode, mais pour améliorer la résilience de son entreprise. Une enquête menée par Vlaanderen Circulair & le VITO montre que deux entreprises circulaires sur trois affirment avoir bien résisté à la crise. Opter pour l'économie circulaire présente en effet les avantages suivants :

  • Collaboration

Dans l'économie circulaire, la coopération à travers tous les maillons de la chaîne est cruciale pour une meilleure continuité des activités. La crise vous permet de transformer vos chaînes (chaîne d'approvisionnement, chaîne de valeur, etc.) en réseaux dans lesquels tous les acteurs peuvent exceller.

  • Innovation

Pour explorer de nouveaux marchés et engranger de nouveaux revenus, l'innovation est un facteur crucial et nous avons vu à quelle vitesse les entrepreneurs et l'industrie peuvent se métamorphoser. Cette innovation ne se limite pas à la technologie, les entreprises innovantes adaptent leur modèle d’entreprise ou se reconvertissent complètement. Les nouveaux modèles d’entreprise circulaires favorisent l’émergence de nombreux nouveaux marchés et revenus (exemple : un compresseur remis à neuf proposé dans le cadre d'un modèle d’entreprise « as-a-service »).

Bruno Vermoesen, BSH Home Appliances : « L'économie circulaire, pour autant qu'elle soit correctement mise en œuvre, peut aider les entreprises belges et européennes à créer de la valeur ajoutée [...]. En mettant l'accent sur la prolongation de la durée de vie, le bouclage de flux de matières [...] et en nous concentrant sur de nouveaux modèles d'entreprise, nous réussirons à relever ces défis, qui plus est d’une manière durable. »

  • Réduction des coûts des matériaux

Outre la réduction des coûts énergétiques, les projets d’Agoria et de Sirris menés avec et dans diverses entreprises manufacturières montrent que l’économie circulaire offre un énorme potentiel en termes d'économies sur les coûts de matériaux, ceux-ci représentant parfois 50 à 60 % des charges d'exploitation totales, soit bien plus que les 10 % environ que représentent les coûts salariaux directs. En outre, il apparaît que 18 % des matières premières achetées en moyenne ne finissent pas dans un produit commercialisable. Enfin, réduire les pertes de matières premières de 10 % génère une hausse des bénéfices de 2 % en moyenne.

Cela dit, une approche circulaire présente bien d'autres avantages. Elle permet par exemple d'anticiper la législation, de réagir à l'évolution des exigences des clients ou encore d'accroître l'attrait de votre entreprise. Toute entreprise technologique peut entreprendre certaines actions, d'autant plus que la période est propice pour le faire.

Cet article fait partie d'une série où nous passons l'économie circulaire au crible, tout en reliant la théorie à des exemples concrets et aux meilleures pratiques. Ces articles s’inspirent de The Circular Economy - a User’s Guide de Walter Stahel, combiné à notre propre expérience dans le domaine.

  • Agoria et Sirris ont publié le Livre blanc  « Économie circulaire : comment se lancer en tant qu’entreprise ? »  Ce livre blanc traduit le concept d'économie circulaire en dix domaines d'action ciblés, met en avant des cas d’entreprise réussis et montre comment Sirris et Agoria peuvent vous aider.
  • En outre, nous avons récemment lancé l'outil Cesar.  Celui-ci évalue dans quelle mesure vous tirez déjà parti des opportunités circulaires et vous apporte de nouvelles perspectives, des suggestions de stratégie et toute une série de conseils et d'astuces.

Agoria & Sirris organiseront  à l'automne 2020 la 4e édition du réseau d'apprentissage Circular Economy Connect . Ce réseau d'apprentissage par et pour les entreprises technologiques veut donner un coup de pouce aux efforts de projets circulaires des entreprises. Vous êtes intéressés ? Inscrivez-vous rapidement, il reste encore quelques places disponibles.