Essayer de pénétrer dans le système de refroidissement d'une centrale nucléaire, c'est avec ce défi que les étudiants en cybersécurité de Thomas More se sont mis au travail. Et il s'avère que ce n'est pas un jeu d'enfant car aucun étudiant n'a encore réussi la simulation. Qui est à l'origine de ce défi 'à se ronger les ongles' ? Le tout nouveau membre d'Agoria Resilient Security. "Nous voulons partager notre expertise avec les écoles", déclare Wesley Venstermans, Managing Partner et Business Developer . "Ils sont nos collègues de demain !"


Qui ?

Resilient Security de Heverlee, Brabant flamand.

Quoi ?

Aider les entreprises à détecter rapidement les menaces numériques et à y répondre. L'accent est mis sur les infrastructures critiques et les fournisseurs de services essentiels, mais aussi sur les chaînes de production, le transport, la logistique, l'énergie et le traitement des déchets.

Pourquoi un Kudos ?

Resilient Security établit des relations à long terme non seulement avec ses clients, mais aussi avec les hautes écoles spécialisées. Avec du matériel pédagogique provenant de l'entreprise elle-même, elle soutient les écoles dans leur formation.

 

La demande d'élaborer cette simulation est venue de Thomas More. Ils étaient à la recherche d'une plus grande expertise en matière d'applications de cybersécurité pour les technologies opérationnelles et l'Internet of Things industriel. C'est pourquoi Resilient Security a conçu un défi dans lequel les étudiants doivent découvrir les vulnérabilités du système de sécurité d'une centrale nucléaire. Soit ils réussissent, soit le système de sécurité s'avère plus solide que prévu.

Un défi difficile, mais aussi visuellement attrayant. "Avec notre équipe, nous avons développé une interface graphique complète et même écrit un protocole unique, tout cela à partir de zéro", explique Wesley Venstermans. "Nous avons imprimé la tour de refroidissement et les bâtiments du réacteur en 3D et les avons placés dans un paysage."

Des étudiants enthousiastes

Le projet est toujours en cours, mais c'est déjà un grand succès. Les étudiants et les enseignants sont enthousiastes, et une conférence a déjà eu lieu. «Nous voulons entretenir des relations durables non seulement avec nos clients, mais aussi avec les écoles», explique Wesley. «Ils fournissent la main-d'œuvre de demain. En élaborant des scénarios réalistes issus de la pratique elle-même, nous obtenons également une idée des capacités des étudiants. Certains profils peuvent parfaitement démarrer chez Resilient Security".

Machines vulnérables

Resilient Security est sur le point de fêter son premier anniversaire. Sa fondation est née d'un besoin urgent : "Nous avons remarqué qu'au sein des entreprises, la sécurité informatique est généralement relativement à jour, mais que ce n'est pas le cas pour l'IoT", déclare Wesley. "Un PC moderne et sécurisé ne peut pas contrôler une machine qui fonctionne sur des systèmes vieux de 30 ans. Cela rend cette machine extrêmement vulnérable aux cyber-attaques. Resilient Security construit le pont entre les deux systèmes et réduit ainsi les risques pour l'organisation".

Maturité croissante

Le gouvernement prévoit diverses initiatives pour accroître l'attention sur la cybersécurité dans les entreprises. Cette maturité croissante a pris encore plus d'ampleur avec le Corona. "Le besoin d'un lieu de travail sûr et efficace - souvent à partir d'un réseau à domicile - s'est soudain accru. Certaines entreprises disent qu'elles ont fait un bond de 10 ans grâce à cela. Resilient Security aide les entreprises à offrir un environnement numérique sécurisé non seulement à leurs employés, mais aussi à leurs clients."