En 2018, suite à la révision de la directive sur la Performance énergétique des bâtiments (DPEB), il a été demandé aux États membres d’édicter de nouvelles exigences avant le 10 mars 2020. Ils devaient par exemple élaborer une nouvelle stratégie de rénovation à long terme. La directive comprenait également de nouvelles exigences en matière d’électromobilité et d’installations techniques ainsi qu’un certain nombre d’exigences pour les inspections. En Belgique, cette transposition de la directive est une compétence des gouvernements wallon, flamand et bruxellois.


Cliquez ici pour consulter l'aperçu complet de la transposition de la Directive DPEB.

Extension des exigences pour les installations techniques

Les installations techniques ont bénéficié d'une attention toute particulière lors de la révision de la directive DPEB. Les États membres ont dû par exemple renforcer les exigences applicables lors du remplacement ou de la modernisation des systèmes de chauffage et de climatisation ou des systèmes combinés. De plus, comme trop d’énergie se perd encore à cause d’un mauvais réglage des appareils lors de l’installation, les États membres ont été invités à prévoir des exigences supplémentaires pour l’inspection et l’installation. À cet égard, il a également été prêté attention aux possibilités de suivi numérique. 

Introduction de l'électromobilité

Avec la révision de la directive, un lien a été établi entre le déploiement de dispositifs d’électromobilité et la réalisation de bâtiments énergétiquement efficaces. Un certain nombre d’exigences ont ainsi été fixées pour l’installation de points de recharges (et l’infrastructure nécessaire à cet effet) pour les voitures électriques. Selon les instances européennes, les bâtiments constituent un levier important pour le déploiement de l’électromobilité. Agoria considère cela comme une évolution intéressante pour autant que cela ne provoque pas de blocages (involontaires) à la réalisation de bâtiments neutres sur le plan climatique.

Stimuler les innovations 'smart'

Les technologies intelligentes a également été fortement mise en exergue dans la DPEB révisée. La Commission a par exemple développé un indicateur, le Smart Readiness Indicator (SRI). Bien qu'elle soit favorable à ce concept, Agoria trouve que la proposition actuellement sur la table n'est pas convaincante. Il est à craindre que, sans une plus-value claire pour le client final, la mise en oeuvre du SRI coûte beaucoup d’argent sans véritable impact sur la consommation d’énergie. Les propositions relatives à la définition et à la mise en oeuvre seront prochainement soumises à une consultation publique.

Le rôle d'Agoria

La transposition s’est faite au moyen de plusieurs notes qui ont été soumises aux gouvernements de manière échelonnée. Ces derniers mois, Agoria a donc été invitée à plusieurs reprises à faire part de ses réactions. Pour ce faire, on a utilisé les documents de vision en matière de rénovation, de PEB, de technologie intelligente et de ventilation ainsi que les réactions ad hoc aux études DPEB en cours, lesquels ont été formulées au sein des groupes de travail du Building Technology Committee 2.0. Pour plus d'informations sur la participation à ces groupes de travail, cliquez ici.