Les nouvelles technologies permettent de mieux gérer les bornes de recharge pour les véhicules électriques. La borne de recharge donne un signal lorsque la voiture est chargée. Si le conducteur ne déplace pas son véhicule, il sera sensibilisé selon la politique définie. Le système a maintenant été implémenté avec succès à Knokke.


 Au début de cette année, Geosparc a lancé une technologie qui répond à la demande croissante de capacité de chargement dans notre pays. Surtout maintenant que tous les véhicules commerciaux devront être électriques d'ici 2026, la demande de capacité de recharge monte en flèche dans les villes et les agglomérations. L'un des goulets d'étranglement est que les bornes de chargement sont souvent occupés par des véhicules qui ne sont pas en train de charger.

 Grâce à la technologie, un conducteur reçoit un message lorsque sa voiture est chargée. S'il ne déplace pas la voiture, il paiera une redevance de stationnement plus élevée. Le conducteur non électrique gardera également l'espace de chargement libre parce qu'il paie une redevance de stationnement plus élevée. La technologie signale les défaillances de l'infrastructure ou l'inaccessibilité d'un lieu de chargement en raison de travaux routiers, par exemple. Il surveille la capacité de charge et l'alimentation électrique. La technologie peut être intégrée dans des bornes de chargement nouvelles et existantes. 

 Des décisions fondées sur des données

"Notre mission est de soutenir la politique avec des données", déclare Kris De Pril de Geosparc. "Grâce à notre technologie, les municipalités savent quels poteaux sont occupés durant quelle période de temps. Il sera plus facile de déterminer où des poteaux supplémentaires sont nécessaires. À Knokke, les données ont montré que les poteaux ne chargeaient que 16% du temps. Il n'était pas nécessaire de placer davantage de poteaux, mais de rendre les poteaux existants plus rentables. La politique peut être adaptée en conséquence.

Des capteurs situés dans le parking déterminent en temps réel si une personne se trouve sur une place de parking et pour quelle durée. Ce logiciel Geosparc est déjà utilisé dans les parkings "shop & go" de plusieurs villes centrales flamandes. Ce qui est nouveau, c'est que cette technologie est désormais intégrée dans les bornes de recharge électrique, comme celles de CenEnergy, qui est spécialisée dans l'infrastructure des bornes de recharge.

En outre, cette technologie est également utilisée à d'autres fins telles que l'optimisation des composants automobiles. À cette fin, la Flandre travaille toujours avec une place de parking sur une borne de recharge pour une voiture partielle. Le point de chargement ne peut donc être utilisé que par un seul véhicule, même si ce véhicule est complètement chargé ou absent du parking. C'est extrêmement inefficace.

 

Soutenir la mobilité durable

"Le manque de bornes de recharge est l'un des obstacles à la révolution de la voiture électrique. Afin de soutenir la mobilité durable, nous devons mieux gérer notre capacité de chargement. C'est parfaitement possible à partir de maintenant".

Kris De Pril: "Au départ, les gouvernements ont placé des bornes de chargement à des endroits stratégiques tels que les gares. Par la suite, des poteaux ont été placés à la demande des citoyens ou des quartiers. Nous évoluons maintenant vers une stratégie axée sur les données, basée sur le flux de trafic et l'occupation des bornes de chargement".

Le système est également intéressant pour les parkings d'entreprises. Le responsable de la flotte ou le office manager reçoit une notification lorsqu'un conducteur occupe illégalement l'infrastructure. Le système est aujourd'hui appliqué avec succès sur le parking d'entreprise de Gumption Group.

 
Vous êtes gagnant ? Faites-le savoir !
Vous êtes membre d'Agoria et votre entreprise enregistre des succès : nouvelle commande importante, innovation, extension, distinction, reprise de société… ? Faites-le-nous savoir ! Votre nouvelle sera publiée sur www.agoria.be ainsi que dans cette rubrique sur Agoria Online.

Comment vous y prendre ? C'est très simple : envoyez un texte d'une vingtaine de lignes maximum (de préférence avec photo) à redaction@agoria.be.