Où en sont les smart cities? Leur développement se fait-il attendre ou, au contraire, assiste-t-on à une accélération ? Nous avons posé la question à Didier Beauvois, Administrateur délégué en charge du Corporate Banking chez BNP Paribas Fortis, membre de l'Agoria Smart Cities Business Group.


Quels sont les principaux projets relatifs aux smart cities qui vous sont présentés ?

En tête de peloton viennent les projets de mobilité. La mobilité est vraiment le premier pilier des villes intelligentes aujourd'hui avec les bus autonomes, la multimodalité, les voituresélectriques, la gestion du trafic,… Viennent ensuite les projets relatifs à l'environnement comme la gestion des déchets – et plus largement tout ce qui touche à l'économie circulaire et au recyclage. Les progrès en la matière sont édifiants. A titre d'exemple, 98% des matériaux issus de la destruction de notre siège social à Bruxelles seront ainsi recyclés d'une manière ou l'autre.

Troisième pilier : l'immobilier. Plus un projet ne se fait sans une composante 'durable', incluant l'intégration architecturale dans la ville, l'isolation, la connectique… Enfin, il ne faut pas oublier de nombreux projets d'infrastructures, comme ceux liés à la gestion de l'électricité (compteurs intelligents).

En quoi la banque s'intéresse-t-elle particulièrement à cette thématique ?

Le développement durable est depuis longtemps une priorité stratégique de BNP Paribas Fortis. Nous avons mis sur pied un centre de compétence en la matière - soutenir le développement des villes intelligentes est donc tout naturel. Les villes sont de plus en plus des forces motrices dans le développement économique, et doivent veiller à améliorer la vie de l'être humain en leur sein. C'est, selon moi, l'essence des smart cities.

Didier Beauvois : "Les villes sont de plus en plus des forces motrices dans le développement économique"

Pour émerger, les villes intelligentes nécessitent la mobilisation des pouvoirs publics et de toutes les parties prenantes : entreprises, concepteurs et promoteurs immobiliers, développeurs d'infrastructures, citoyens, institutions financières. Nous pouvons en effet jouer un rôle de catalysateur. C'est pourquoi nous soutenons l'initiative d'Agoria, qui rassemble de nombreux acteurs.

Comment voyez-vous l'évolution des smart cities en Belgique ?

La prise de conscience est là, les initiatives sont nombreuses. De multiples micro-projets font évoluer les choses. Je suis donc optimiste, mais tout en étant réaliste : c'est une évolution assez lente, mais les progrès enregistrés sont remarquables. De nombreuses villes belges n'ont pas à rougir face aux autres villes européennes en pointe en la matière. 

Où en sont les smart cities ?  Votre entreprise peut-elle fournir la technologie pour réaliser des projets ambitieux de villes intelligentes ? Inscrivez-vous rapidement au Agoria Smart Cities Forum 2019.