Une étude d'Agoria a montré que 584 000 emplois ne seront pas pourvus d'ici 2030. Du moins, si aucune mesure n'est prise. C'est pourquoi un appel a été lancé pour encourager les initiatives : Be The Change! Grégor Chapelle, directeur général d'Actiris, a répondu à cet appel.


Grégor Chapelle voit dans les départs massifs à la pension prévus en Flandre une opportunité pour les demandeurs d'emploi bruxellois.  "A condition qu'ils connaissent le néerlandais !", souligne-t-il. C'est pourquoi Actiris mène une politique proactive en la matière : collaboration intense avec le VDAB Brussel, chèques-langues, nouveau website d'e-learning (brulingua), ouvert à tous les Bruxellois, campagne de communication... 

Une deuxième salve de mesures concerne la "migration positive".  "Bruxelles a pour atout sa super-diversité, lance Grégor Chapelle. Et nous devons tirer parti des compétences des migrants pour pallier les pénuries prévues par l'étude." 

L'appel d'Agoria 'Be The Change' a été lancé à l'occasion de la publication de l'étude 'Shaping the future of work', qui analyse l'impact de la numérisation sur le marché du travail . L'étude, qui est une première en Europe, indique que dans notre pays, si la politique ne change pas, 584.000 postes seront vacants en 2030. Éviter cette situation pourrait rapporter à l'économie belge quelque 95 milliards d'euros d'ici 2030. Agoria propose donc 20 mesures pour améliorer les compétences, activer la main-d'oeuvre, réorienter et former les travailleurs et les demandeurs d'emploi et accroître la productivité.

Téléchargez ici l'étude'Shaping the future of work – La digitalisation et le marché de l'emploi en Belgique' et devenez vous aussi un acteur du changement. Suivez-nous sur info.agoria.be/fr/bethechange et sur Twitter (#bethechange2030)