Le 11 septembre, Agoria organisait son événement annuel 'Forecasting 2019' : l'occasion pour les participants d'avoir la vision d'économistes et de spécialistes de divers secteurs sur la manière dont évolueront la croissance, les prix de l'énergie, les salaires,... en 2019. Voici quelques éléments de réponse.


Grâce à son programme très complet et à la présence de nombreux experts, l'événement Forecasting 2019 d'Agoria a une nouvelle fois attiré un large public. Tous les participants en ont retiré des informations cruciales pour leurs décisions stratégiques. Vous n'avez pas eu le temps de prendre des notes ?  Voici quelques éléments à retenir...

La croissance va-t-elle continuer ?
Peter Vanden Houte, Chief economist ING

    • Nous avons à présent dépassé le sommet d'un cycle économique, nous nous orientons donc vers un ralentissement de la croissance. Toutefois, les Etats-Unis ont encore une "réserve de croissance", et les autorités chinoises ont quant à elles recommencé à stimuler leur économie.
    • En Europe, ce sont les créations d'emplois qui soutiennent la consommation. Le niveau élevé de l'activité et la faiblesse des taux d'intérêt soutiennent les investissements.
    • Les risques conjoncturels viennent principalement des tensions en matière de commerce international (risque de guerre commerciale), de l'Italie, des économies émergentes et du Brexit. Ceci dit, pour l'instant, les éventuels effets négatifs de ces facteurs de risque restent limités.
    • Les conditions d'une nouvelle crise financière ne sont, pour l'instant, pas réunies bien que les évolutions aillent dans le mauvais sens.

Préparons-nous à des tensions inflationnistes...
Frank Vandermarliere, Head Centre d'expertise Energie, Agoria

    • Les hausses des prix de l'énergie et des salaires relancent les tensions inflationnistes en Europe et en Belgique.
    • En l'absence de nouvelles mesures de modération du coût salarial, l'indexation automatique des salaires va davantage accélérer l'inflation en Belgique.
    • L'indexation dans nos secteurs va retrouver un " rythme de croisière " en 2019, soit un taux un peu au-dessus de 2%.
    • Concernant la marge salariale, l'application de la nouvelle loi de sauvegarde de la compétitivité est encore actuellement entourée de nombreuses incertitudes.
    • Les éléments de calcul du " terme de correction " et de la " marge de sécurité " prévus par la loi font toujours l'objet de discussions au sein du Groupe des 10. Dans ce cadre, nous prenons comme point de repère une marge de 0,75% par an en plus de l'indexation.
    • Il n'existe pas encore de prévision sur lévolution des salaires en Allemagne, en France et aux Pays-Bas d'ici 2020.

Quid de l'industrie technologique ?
Jean-Benoit Charles, Data Analist, Data & Statistical Services, Agoria

    • Les trois grands marchés de l'industrie technologique (BtoB, BtoC et investissements) décélèrent depuis le début de l'année. Ils partaient toutefois d'une position très favorable fin 2017, l'environnement conjoncturel de nos secteurs restera dès lors encore favorable sur la période 2018-19.
    • L'évolution de la plupart de nos activités est encore dynamique au 1er semestre 2018. Au 2e semestre 2018 et en 2019, le ralentissement de l'activité va se généraliser sous la forme d'un " soft-landing ".
    • Les secteurs les plus touchés devraient être les produits métalliques et le commerce ICT de gros. Le secteur des IT Solutions, porté par une demande toujours dynamique, sera le secteur le moins touché. La mécanique devrait également bien résister.

Comment évolueront les prix de l'acier ...
Joris Franck, Financial analist - Expert Métaux industriels, KBC Asset Management NV

    • En 2018, la demande en aciers industriels reste portée par la Chine dont la croissance est dynamique et qui cherche à améliorer la qualité des métaux qu'elle consomme.
    • L'expansion des véhicules électriques est également un facteur de croissance de la demande pour ces métaux. Toutefois, de nouvelles mesures en matière de commerce international ("guerre commerciale") auraient pour effet de réduire l'activité économique globale, et donc la demande.
    • Du côté de l'offre, la lutte contre la pollution en Chine implique des restrictions dans la production de métaux.
    • Les prix des métaux sont également influencés, à la hausse, par l'augmentation des prix de l'énergie, et à la baisse par le recul des cours de change de certains pays producteurs.
    • Les cours de la plupart des aciers industriels devraient croître nettement en 2018, avant de se stabiliser en 2019.

... et ceux de l'énergie ?
Ruth Lambrechts, Expert, Centre d'expertise Energy, Agoria

    • On s'attend à une stabilisation des cours du pétrole au 2e semestre 2018 et en 2019. En l'absence de changement important en matière de taxes et accises, les prix des produits pétroliers devraient rester stables également.
    • Une augmentation de la composante gaz naturel est à prévoir pour 2019. Les coûts de transport et de distribution ainsi que les taxes, accises et autres surcoûts auront un impact plus limité. La hausse sera plus marquée pour les contrats adaptés mensuellement et trimestriellement que pour les contrats où le prix est fixé d'avance (Cal t+...)
    • D'une manière générale le prix de la composante électricité est orienté à la hausse. Toutefois, l'évolution du prix payé par le consommateur industriel sera très différente selon le type d'adaptation prévu (Cal t+1, t+2, t+3 ou day ahead).

Pour consulter les présentations de l'event Forecasting 2019, cliquez ici !
(réservé aux membres)