Le 1er octobre, le Food & Beverage Technology Club a reçu Jacques Crahay, CEO de COSUCRA, et Bernard Castermant, Operation Director. Ils ont expliqué les défis technologiques de l'entreprise aux membres présents : "Les exigences de maîtrise des coûts, d'accélération de la mise sur le marché de nouveaux produits et de conformité aux réglementations mondiales, sont autant d'éléments qui exercent une pression énorme sur l'industrie alimentaire. C'est pourquoi la réduction des inefficacités dans la chaîne d'approvisionnement est devenue primordiale".


COSUCRA développe et produit des ingrédients alimentaires naturels à partir de chicorée et de pois cultivés localement. L’entreprise emploie 300 collaborateurs, répartis sur trois sites de production. COSUCRA est non seulement le fournisseur mais aussi le partenaire de ses clients : partage de son expertise commerciale et technique, recherches cliniques approfondies et assistance dans le domaine de la réglementation. COSUCRA travaille en partenariat avec plus de 400 fabricants d’aliments, qui utilisent ses produits dans plus de 1.000 références à travers le monde.

Défis techniques de COSUCRA

1. Améliorations au niveau de la production

La fabrication de produits alimentaires est sans doute l'un des types de fabrication les plus difficiles. « La consistance est la clé, ce qui nécessite des opérations et des processus bien conçus et contrôlés. Ajoutez à cela des exigences d’hygiène et de sécurité supplémentaires pour garantir la sécurité alimentaire, et vous obtenez un environnement de production particulièrement complexe. »

« Il est important d'optimiser l'efficacité de votre ligne afin de maintenir un rendement élevé, » explique Jacques Crahay. « De nombreux facteurs doivent être pris en compte lors du processus d'optimisation, et des améliorations doivent notamment être apportées au niveau des opérations, des processus, des équipements, de la productivité, de l'automatisation, de la technologie, de la sécurité, de la formation, etc. »

2. Nouvelle ligne d’emballage sur le site de transformation des pois (en cours)

« Les exigences de maîtrise des coûts, de réduction des délais de mise sur le marché des nouveaux produits et de conformité à la réglementation internationale exercent une forte pression sur l'industrie agroalimentaire. Par conséquent, la réduction des inefficacités tout au long de la chaîne d'approvisionnement revêt une importance primordiale aujourd'hui. C’est pourquoi l’importance des systèmes ERP (Enterprise Resource Planning) ne cesse de croître et, dans de nombreuses entreprises, ces systèmes transforment les opérations d’emballage. Toutefois, la mise en œuvre d’un système ERP pouvant être complexe, beaucoup y sont réticents. »

3. Optimisation de la production

« Un processus de gestion de la qualité efficace lors de l'emballage permet d'éliminer les risques de rappel ou de gaspillage des produits. Un processus de gestion de la qualité en boucle fermée est rendu possible grâce aux MES (Manufacturing Execution Systems), qui permettent d’atteindre un niveau de flexibilité et de contrôle plus élevé à travers l’ensemble de l’organisation. La collecte de données en temps réel permet de gérer les problèmes pendant le processus d'emballage, ce qui signifie que les problèmes seront gérés rapidement de manière rationnelle et efficace. »

4. Optimisation de la gestion de la maintenance

« Comme la plupart des industries à forte intensité d'actifs, l'industrie alimentaire et des boissons est dépendante du temps de fonctionnement des actifs générateurs de revenus. La réduction des temps d'arrêt des équipements permet aux entreprises d’atteindre des niveaux de production plus élevés au moyen de leurs équipements. C'est à ce niveau que la maintenance joue un rôle clé dans les résultats.

En maximisant la performance des actifs grâce à des processus et des outils efficaces, les organisations de l’industrie alimentaire et des boissons peuvent contrôler les coûts et répondre à des exigences de maintenance distinctes. »

5. Mise en œuvre du processus Sales & Operations Planning (S&OP) (en cours)

« Les fabricants de produits alimentaires doivent parvenir à augmenter leurs ventes et à préserver leurs marges en dépit de la volatilité de l’offre et de la demande. Pour ce faire, ils doivent développer rapidement un plan d’approvisionnement optimal et intégrer ce plan aux opportunités commerciales en temps réel. Le processus S&OP traditionnel ne répond pas à ces exigences.

Afin de maximiser leurs marges, les entreprises doivent intégrer trois éléments clés dans leur processus S&OP :

  • Disposer des bonnes informations au bon moment
  • Utiliser le bon type d'analyse pour évaluer les possibilités d'atténuer la volatilité, de réduire les coûts et d'atteindre les objectifs de marge
  • Réunir tout cela dans un processus dynamique de bout en bout, en ligne et automatisé pour la gestion des coûts et de l’approvisionnement.

6. Débit des poudres

« Pour parvenir à une fabrication plus efficace et à une meilleure qualité des produits au sein des industries de transformation de poudres, un débit de poudre prévisible revêt une importance capitale afin d’éviter une perte de capacité et une interruption de la production impliquant une perte coûteuse de temps de production.

Par exemple, l’industrie alimentaire recourt dans une large mesure à des bacs ou silos verticaux pour le stockage des poudres. Le débit irrégulier des poudres sortant de ceux-ci constitue une cause majeure de perte de capacité de production et de détérioration des produits. »

Pour de plus amples informations concernant les activités du Food & Beverage Technology Club, veuillez contacter François de Hemptinne (francois.dehemptinne@agoria.be).