Ils avaient besoin d’un coup de boost pour leurs projets de transformation digitale : ils l’ont eu ! 180 entreprises invitées au Digital Connect Forum ont pu partager leurs besoins avec les professionnels des secteurs du digital, suivre les keynotes d’académiciens de haut niveau, et en primeur, découvrir les conclusions de notre étude sur la maturité digitale des PME de notre pays. Morceaux choisis.


Reverse Pitching : 180 entreprises mises en relation

Marc Lambotte, CEO d’Agoria le rappelait en préambule de son discours en séance plénière :  « L’une de nos mission chez Agoria est de soutenir les entreprises dans leur parcours de transformation digitale. Pour ce faire, nous avons rassemblé aujourd’hui pas moins de 180 entreprises, parmi lesquelles certaines ont déjà pu nouer de nouveaux partenariats ». En effet, plusieurs séances de reverse pitching étaient au menu de cette journée. Le principe est simple : la parole est d’abord donnée aux utilisateurs ayant un besoin spécifique dans un domaine digital. Les fournisseurs de solutions et les entreprises qui rencontrent des défis similaires peuvent ensuite soumettre leurs approches respectives pour contribuer à la recherche d’une solution.  Un concept à la fois original et pragmatique qui a permis de faire ressortir rapidement des solutions concrètes pour les entreprises en quêtes de réponses.

Nils Fonstad (MIT) questionne les choix d’innovation digitale des entreprises

Quelle valeur ajoutée peut-on réellement attendre d’un effort d’innovation digitale ? Voilà une question cruciale qu’encore peu d’entreprises se posent, selon Nils Fonstad, Professeur au MIT CISR, venu animer la session plénière de l’événement. Durant plusieurs années, l’académicien a collecté un grand nombre de données - à la fois quantitatives et qualitatives - sur les entreprises engagées dans un parcours d’innovation digitale afin de comprendre en quoi les top performers se distinguent des autres, en particulier au niveau de leur investissements et de leur approche en termes d’innovation digitale.

Envie de découvrir comment nos PME performent sur le terrain de l’innovation digitale ? Téléchargez ici le livre blanc « Le digital : un état d’esprit »

Innover dans le digital sans perdre de vue l’essentiel

Nils Fonstad interpelle d’emblée l’auditoire : « L’étude que nous avons menée montre que les leaders n’investissent pas forcément plus que les autres dans l’innovation digitale, mais c’est plutôt la valeur qu’ils arrivent à en dégager qui fait toute la différence. Beaucoup d’entreprises se précipitent dans des efforts d’innovation en espérant en tirer un bénéfice au bout de chemin. Ils se focalisent uniquement sur des données quantitatives : le nombre de développeurs engagés, le nombre de participation à des hackathon, le budget sponsoring engagé, etc. Peu à peu, ils perdent de vue la question principale : pourquoi ? » Le groupe Deutsche Telekom a fait les frais de cette stratégie en 2013, comme l’illustre Fonstad : après avoir investi dans pas moins de 64 projets d’innovation, la société a dû constater piteusement qu’un seul d’entre eux s’avérait rentable au bout de 2 ans.

Et de conclure sur une métaphore de saison : « Les efforts d’innovation décorrélés des objectifs business de votre entreprise sont un peu comme des kits de fondues au fromage : des objets que vous utilisez une seule fois et qui finissent au fond du placard dès le lendemain ». Une comparaison qui a du sûrement parler à quelques spectateurs…

Investir dans un portefeuille d’innovation équilibré

Le deuxième écueil que pointe du doigt Fonstad porte sur un phénomène qu’il appelle le « binging », qu’il faut comprendre ici comme « excès » ou « déséquilibre ».  L’étude montre en effet qu’une majorité d’entreprises investit massivement dans une seule voie d’innovation, en mettant de côté toutes les autres : l’expérience utilisateur, en l’occurrence, est encore très souvent perçue comme le chantier d’innovation prioritaire alors qu’en réalité, les processus opérationnels sont tout aussi importants. Fonstad poursuit : « Lorsque l’on se focalise uniquement sur l’expérience client en négligeant l’efficacité opérationnelle, le cost-to-serve grimpe inévitablement. Et l’excès inverse est tout aussi néfaste pour l’activité. En tant qu’experts du digital, vous devez vous assurer que l’organisation investit dans un portefeuille varié d’innovations digitales, et de manière équilibrée ».

DigiCoach, le compagnon de route de tous vos projets digitaux

Que votre entreprise soit petite, moyenne ou grande, il est primordial de vous entourer des meilleurs partenaires et des meilleurs outils. C’est la raison pour laquelle Agoria a lancé l’initiative DigiCoach : un programme qui vous aide à lancer vos projets digitaux dans les meilleures conditions. Benjamin Minard, Expert Digital chez Agoria, a présenté en séance plénière les cinq piliers de la solution : les outils en ligne, les workshops, les cas réels d’entreprises belges, la communauté des pairs, les partenaires ainsi que le support des experts d’Agoria. Un panel complet de ressources pour vous aider à démarrer vos projets digitaux dans les meilleures conditions. Intéressé(e) ? Rendez-vous maintenant sur la page DigiCoach

Où en sont nos PME dans leur transformation digitale ?

C’est une réalité que l’on peut déplorer : presque toutes les études de maturité digitale se concentrent soit sur les startups, soit sur les grands groupes. Un constat d’autant plus regrettable quand l’on sait que les PME fournissent 70% des emplois de notre pays.

Pour répondre à cette anomalie, Agoria a mené - pour la première fois - une étude d’envergure sur la question, en posant toute une série de questions autour des innovations digitales menées par ces PME : où en sont-elles aujourd’hui dans la digitalisation ? Quelles difficultés rencontrent-elles ? Comment relèvent-elles les challenges ?

Carine Lucas, Senior Expert Digital chez Agoria, a présenté les conclusions de cette étude. En voici le résumé en quelques chiffres :

  • 400 petites et moyennes entreprises industrielles ont été sondées lors de cette étude, durant près de 200 heures d’entretiens
  • 83% des PME industrielles belges considèrent la digitalisation comme une opportunité
  • Pour la moitié des entreprises, la digitalisation ne suscite aucun sentiment d’urgence
  • 3 domaines ont été abordés : la numérisation des processus opérationnels, l’innovation digitale et la culture d’entreprise digitale
  • Huit PME sur dix ont déjà entrepris la numérisation de leurs processus opérationnels : 58% d’entre elles collectent des données, 74% disposent d’un système ERP et 50% d’un système CRM
  • Seules 4 PME sur 10 ont déjà pris des mesures en vue de digitaliser leur offre
  • Sur le plan de la culture d’entreprise : l’implication des travailleurs à un stade précoce du projet d’innovation digitale n’est observée que dans 42% des entreprises
  • 5 facteurs clés de succès ont été identifiés chez les champions digitaux pour qui l’état d’esprit digital est en partie responsable de leur succès !

Envie de découvrir les autres conclusions du rapport et les recommandations d’Agoria ? Téléchargez ici le livre blanc « Le digital : un état d’esprit »