On y est presque ! Le dimanche 13 octobre le Bridgestone World Solar Challenge sera lancé depuis Darwin. Sur les starting blocks : la Belgian Agoria Solar Team avec la BluePoint, leur voiture solaire high-tech, sur laquelle ils travaillent depuis plus d'un an. Nous avons parlé avec Ine Verhaeren (Responsable Marketing) et Yante Van Ham (Communication externe) des derniers préparatifs en Australie avant le départ de la course, de l'ambiance dans l'équipe et de leurs attentes sur le déroulement de la course.


Comment se passent vos derniers préparatifs en Australie ?

Ine Verhaeren : « Avant notre départ pour l’Australie, nous avons planifié dans le moindre détail tout ce qu’il restait à faire sur place. Jusqu’à présent, nous avons pu respecter ce planning ; les choses se déroulent donc parfaitement bien ! Durant les deux premières semaines, nous avons travaillé sur la voiture afin de procéder aux derniers ajouts techniques et de veiller à la remettre tout à fait en ordre après le transport. »

Yante Van Ham : « La phase d’essai sur le sol australien a ensuite pu commencer. Nous avons d’abord vérifié si tous les composants de la voiture fonctionnaient correctement sur une piste d’atterrissage de Darwin. Les tests stratégiques ont commencé le 1er octobre. Ils nous permettent de déterminer la consommation de la voiture solaire à chaque vitesse, la quantité d’énergie produite par le panneau solaire et la façon d’interpréter et de traiter au mieux les données collectées pendant la course. Cette semaine, la voiture est soumise à un contrôle technique. L’organisation du Bridgestone World Solar Challenge vérifie si la BluePoint satisfait à toutes les règles imposées. »

Comment gérez-vous votre stress ?

Ine : « Le stress est tout à fait gérable. Voir les autres équipes génère évidemment une certaine tension, mais nous sommes confiants. Grâce aux nombreux kilomètres d’essai réalisés, nous savons que la BluePoint est très fiable, ce qui nous inspire confiance. Tout cela demeure évidemment très palpitant. Nous travaillons sur ce projet depuis 15 mois déjà et l’issue est à présent très proche ! Je n’appellerais pas vraiment ça du stress, mais plutôt une tension positive ! »

Quelles sont les dernières étapes avant le départ de la course ? Quelle sera votre position pour le départ ?

Yante : « Pour l’instant, nous passons le contrôle technique. L’organisation du World Solar Challenge vérifie si notre voiture satisfait à toutes les règles pour pouvoir participer. Lorsque nous aurons passé ce contrôle, la séance de qualification aura lieu. Le temps durant lequel chaque équipe roule pendant cette séance détermine sa position. Nous ne connaissons donc pas encore la nôtre pour le départ. Nous serons fixés samedi ! »

Quelle est votre pronostic ?

Ine : « Pendant le contrôle technique, nous avons déjà pu observer de près les autres équipes. Nous pensons que nos principaux concurrents sont les équipes du top 5 de l’année passée (Solar Team Twente, Vattenfall Solar Team, Tokai University, University of Michigan). Les voitures de ces équipes présentent des performances très similaires. La collaboration au sein de l’équipe et la stratégie adoptée pendant la course seront donc déterminantes. Nous visons assurément la première place et nous sommes convaincus que nous pouvons y arriver. Mais cela reste évidemment une course et de nombreux autres facteurs, comme la chance, interviennent. Nous allons tenter de décrocher l’or ! »

Vous souhaitez en savoir plus sur les préparatifs en Australie ? Tenez à l’œil notre page Facebook ce 10 octobre. L’Agoria Solar Team va en effet se charger de nos Facebook Stories durant une journée. 

Pendant le Bridgestone World Solar Challenge, suivez également tous nos comptes rendus sur FacebookInstagram et LinkedIn !