Le nouveau gouvernement bruxellois souhaite que Bruxelles soit la capitale européenne de la culture en 2030. " Une saine ambition ", réagit René Konings, Chief Brussels Region d'Agoria, " mais il ne faut oublier que vous ne pouvez pas être la capitale culturelle de l'Europe, sans être également la capitale du numérique. Or elle peut déjà le devenir d'ici 2025. "


Konings souligne par-là la nécessité de disposer d'un internet mobile super-rapide (5G) à Bruxelles. Le Gouvernement entend enfin rendre le lancement de la 5G possible. " Une première étape positive pour assurer le succès du lancement de cet avenir numérique. " Agoria se félicite que le nouveau Gouvernement bruxellois soit constitué et avance trois clés pour une législature fructueuse. " Soyez ambitieux pour le marché du travail, la politique de rénovation, la politique énergétique et la digitalisation ", demande René Konings. 

L'avenir de Bruxelles sera numérique 

Dans l'accord de gouvernement, le gouvernement bruxellois reconfirme vouloir oeuvrer au déploiement de la 5G et à l'exécution du protocole d'accord signé entre le gouvernement précédent et les opérateurs télécoms pour permettre le lancement de la 5G. 

Ce protocole d'accord prévoit un assouplissement de la norme d'émission jusqu'à 14,5 V/m. " Ceci constitue déjà une réponse à la saturation actuelle du réseau 4G et un premier pas pour permettre le lancement du réseau 5G à Bruxelles ", commente Konings. " Cela demeure toutefois encore insuffisant pour le déploiement d'un réseau 5G complet, comme l'a souligné récemment l'IBPT dans ses conclusions : " La limite de 14,5 V/ M constitue un seuil qui devra être relevé rapidement ".Idéalement, il faudrait adopter, selon l'IBPT, la norme internationale, recommandée par l'UE (41,2V/m). 

Intelligence artificielle, mobilité plus fluide, voitures électriques, véhicules autonomes, eHealth, économies d'énergie, compteurs intelligents, prise en compte du vieillissement,... De nombreux défis et technologies nouvelles se présentent à nous. Ces technologies vont créer de nouveaux produits et services, et donc de nouveaux emplois. De plus, il s'agit de solutions technologiques pour relever des défis de société.  Comment ? Par une bonne infrastructure technologique de base : pensons notamment à la large bande, à la 5G. 

Bruxelles devra veiller à pourvoir 62.000 postes vacants 

L'avenir est numérique, ce qui va engendrer la création de nombreux nouveaux emplois, également en Région bruxelloise. Notre pays aura par exemple davantage besoin de personnel soignant, d'experts numériques, d'enseignants, de scientifiques et d'ingénieurs. À Bruxelles, à politique inchangée, plus de 62 000 postes vacants ne seront pas pourvus dans les dix prochaines années, selon l'étude sur le marché du travail " Be the Change " d'Agoria, à laquelle Actiris a également collaboré. Il existe donc une inadéquation entre l'offre et la demande sur le marché du travail bruxellois, vu le taux de chômage toujours élevé. 

" Il importe maintenant de mettre tout le monde au travail. Pour cela, nous devons investir dans les écoles, l'apprentissage en alternance, les expériences numériques réussies en faveur des NEETS, la formation et l'éducation en mettant l'accent sur les compétences numériques, investir dans des centres de formation tels que Technicity et DigitalCity (le pool TIC). L'accord de gouvernement contient de bonnes intentions en la matière, mais tout dépendra de leur concrétisation. Bruxelles offre des opportunités de décrocher un emploi, mais nous nous attendons à ce que tout le monde saisisse ces opportunités," souligne Konings. 

Bruxelles va devenir plus durable 

Nous devons tous vivre plus durablement. À Bruxelles, c'est surtout dans les bâtiments que des progrès peuvent être réalisés : deux tiers des émissions de gaz à effet de serre proviennent des bâtiments en Région bruxelloise. La réglementation relative à la performance énergétique a progressivement conduit à la construction de nouveaux bâtiments très performants d'un point de vue énergétique, mais ceux-ci ne représentent qu'une fraction de l'ensemble du parc de bâtiments.  " L'objectif de l'accord de gouvernement de miser sur la rénovation ou le renouvellement du parc d'habitations existant est le bon. La fiscalité peut en partie orienter les propriétaires sur la bonne voie, mais il est encore plus important de miser sur des technologies durables offrant un bon rapport coût-efficacité et générant des revenus.  Le prochain gouvernement devra également continuer à soutenir un cadre pour les économies d'énergie dans les entreprises, notamment grâce à des aides à l'investissement appropriées. 

" Embrassez et utilisez la technologie, ne la bloquez pas. Dans le cas contraire, les investissements se feront dans d'autres villes en Belgique et à l'étranger et c'est là que les emplois et solutions du futur seront créées. " Pour conclure, Konings souligne l'importance d'une bonne coopération avec les autres niveaux de pouvoir dans notre pays. " Faites de Bruxelles une capitale bouillonnante, ne la paralysez pas ! "