L'entreprise membre d'Agoria HTMS, récompensée par un " Leeuw van de Export " en 2014, a récemment célébré son 20e anniversaire. Cette entreprise malinoise fabrique des joints industriels de haute qualité pour des applications spécifiques.


Lorsque l'on entend " joint ", on pense généralement à des joints toriques en caoutchouc ou à des rondelles en plastique pour l'industrie de transformation, ou éventuellement au joint de culasse utilisé dans le moteur des voitures.

HTMS n'a toutefois pas grand-chose en commun avec un atelier de maintenance automobile. À moins qu'il ne s'agisse de joints destinés au moteur du pur-sang de Bugatti, le Veyron, une icône technique qui, avec ses 1500 CV, ne tolère que la crème de la technologie sous son capot.

Le moteur de la Bugatti Veyron ou les moteurs du lanceur Ariane de l'Agence spatiale européenne ne sont que quelques-unes des applications pour lesquelles des joints d'HTMS sont utilisés.

 

HTMS s'apparente davantage à un orfèvre. L'entreprise fabrique des joints métalliques de différents diamètres et de différentes formes, du plus petit au plus grand, allant jusqu'à plusieurs mètres de long, souvent avec ressort circulaire intégré et revêtement en téflon ou en métal précieux comme l'argent ou même l'or. Ce n'est pas un hasard si d'anciens tailleurs de diamants travaillent chez HTMS. En effet, la finition de leurs produits nécessite un travail manuel délicat.

L'objectif est de garantir, grâce à des " joints métalliques de haute technologie ", une étanchéité très élevée dans des dispositifs laser (étanchéité extrême au gaz), par exemple, des moteurs de fusée (étanchéité extrême aux liquides), des installations cryogéniques (froid extrême) ou au niveau des ports de connexion entre l'intérieur et l'extérieur de la cuve du réacteur de fusion d'ITER (vide extrême) actuellement en construction en Provence. Bref, dans des environnements où les fabricants ordinaires sont contraints de renoncer et où seuls les meilleurs produits peuvent apporter une réponse en vue d'un fonctionnement suffisamment fiable.

De manière générale, le marché mondial des joints d'étanchéité s'élèverait à 69 milliards d'euros, mais le marché des " metal resilient and spring energised seals " ne représenterait que 0,5% de ce marché, soit 340 millions d'euros. Il s'agit donc d'une véritable niche, et c'est précisément sur cette niche que HTMS s'est imposée comme un acteur de premier plan de l'industrie des joints d'étanchéité.

Les ingrédients qui permettent à HTMS de rivaliser tel David contre certains Goliaths du secteur sont ceux d'une recette belge bien connue mais toujours valable et éprouvée :

  1. Haute fiabilité et qualité des produits : 

    Il est tout bonnement inconcevable que le circuit de carburant d'un moteur de fusée commence à fuir au moment du lancement. En 1986, la NASA, qui n'était pas encore un client de HTMS à l'époque, a fait les frais de l'utilisation d'un joint torique non métallique défectueux dans un environnement trop froid, ce qui a conduit à l'explosion de la navette spatiale Challenger. Ce drame illustre de manière accablante l'importance, et donc la valeur, des produits de qualité, ou plutôt le coût de l'absence de tels produits.
  2. L'intelligence technique de ne pas vendre un produit au client mais une solution d'étanchéité sur mesure :

    Le réacteur expérimental ITER est le premier réacteur, et le seul pour l'instant, qui sera capable de fournir de l'énergie de fusion nette. Le vide dans le réacteur doit empêcher les molécules d'oxygène ou d'azote de s'infiltrer et d'absorber une partie de l'énergie destinée uniquement à faire chauffer quelques grammes de deutérium et de tritium (des isotopes de l'hydrogène) à 150 000 000°C pour pouvoir satisfaire à l'une des conditions nécessaires à des réactions de fusion spontanées. 'Big Science = big requirements'. Les produits expérimentaux qui doivent être développés en partant de zéro sont du pain bénit pour HTMS.

  3. Des délais de livraison sur lesquels les concurrents se cassent les dents : 

    Si l'écurie de Formule 1 Mercedes commande le lundi une centaine de joints de moteur F1 spéciaux pour le week-end de course suivant, elle peut compter sur HTMS pour lui livrer le vendredi, après avoir contrôlé et emballé chaque joint séparément afin de ne rien laisser au hasard. 
    Ces clients paient bien, mais les efforts qu'ils exigent de leur fournisseur afin d'exclure tout risque possible nécessitent un engagement et un contrôle de la qualité permanents de la part de l'équipe de production.

Agoria a assisté à la célébration du 20e anniversaire de ce " Leeuw van de Export ". Quelques centaines de clients et invités de HTMS issus du monde entier étaient présents : Chine, Japon, Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas, Italie, ... Des pays qui considèrent tous le développement technologique comme une nécessité pour le développement ou la survie de leur industrie et leur prospérité et qui, notamment à travers les différents réseaux Big Science, trouvent leur chemin vers les fournisseurs technologiques appropriés, y compris dans notre pays.

 

Du beau monde à l'occasion du 20e anniversaire d'une PME belge de premier plan.

Vous souhaitez, vous aussi, promouvoir votre entreprise sur le marché international de la Big Science ? 

Dans ce cas, profitez de notre réseau de contacts grandissant sur ce marché et participez aux activités de développement commercial que nous organisons pour nos entreprises technologiques belges.

Contactez Christian Dierick (Agoria, christian.dierick@agoria.be), coordinateur Big Science Belgium, coordinateur ITER Belgium, ITER ILO Belgique, et Lead Expert Energy pour l'Energy Technology Club d'Agoria.

Retrouvez ici quelques autres articles en lien avec la Big Science et découvrez :