Grégory Reichling : « Nous voulons maximiser l’automatisation des chaînes de production de nos clients grâce à l’IA » | Agoria

Grégory Reichling : « Nous voulons maximiser l’automatisation des chaînes de production de nos clients grâce à l’IA »

Image
Published on 04/03/21
L’industrie 4.0 est bien en route en Wallonie ! Pour la jeune entreprise namuroise Ciseo, le programme Start IA créé par Digital Wallonia4.ai - et dont Agoria est partenaire - a été l’occasion de découvrir les possibilités offertes par l’intelligence artificielle, en compagnie des experts de Sagacify. De cette collaboration fructueuse sont nés 2 projets liés à la vision par ordinateur et à la robotique intelligente. Partage d’expérience avec Grégory Reichling, son administrateur délégué.
 Entreprise : CiseoSociété sœur :Citius Engineering

Business : Solutions d’automatisation sur mesure

Personnel : Ciseo : 30 collaborateurs – Citius Engineering :  45 collaborateurs

Chiffre d’affaires : Ciseo : 4,5 millions d’euros – Citius Engineering : 5,5 millions d’euros

Expert IA dans le cadre du projet Start IA : Sagacify

 

« Avec l’essor de l’industrie 4.0, nos clients GSK, Sanofi, Pfizer… nous demandent de développer de nouvelles solutions technologiques pour toujours plus de flexibilité, plus de performance et plus d’efficacité… », raconte avec passion Grégory Reichling, administrateur délégué de Ciseo. « En équipant leurs chaînes de production de machines et de robots dont certains seront bientôt dotés d’intelligence artificielle (IA), nous pensons pouvoir les accompagner dans cette transformation profonde. »

Image

L’ambition de la jeune entreprise namuroise ? « Participer, en collaboration avec Agoria, au développement des usines connectées, automatisées et intelligentes des sciences du vivant, un secteur en pleine expansion (santé, biotechnologie et médical). Rien qu’en Belgique, on a une densité forte de multinationales Pharma avec de grosses usines (30.000 travailleurs) et de gros investissements en R&D (1,5 milliard d’euros/an). Le potentiel est donc énorme ! »

"Notre ambition ? Participer à la création des usines du futur connectées, automatisées et intelligentes du secteur des sciences du vivant."

Grégory Reichling, administrateur délégué de Ciseo

Un environnement industriel en mutation permanente

Le métier de Ciseo ? « Prendre en charge toutes les opérations manuelles pour automatiser au maximum les lignes de production. L’idée est ici d’offrir aux industriels des solutions clés en main pour optimiser les flux, réduire les coûts, améliorer la qualité des produits et les conditions des opérateurs… Cela va de la manipulation au stockage en passant par la (dé)palettisation des produits. »

L’automatisation, ce n’est pas quelque chose de nouveau… « Cela fait 50 ans qu’on automatise, et qu’on améliore chaque fois les techniques de production. Mais aujourd’hui, avec la complexification accrue des processus, il devient de plus en plus difficile de les optimiser. En rendant nos machines plus intelligentes grâce àl’IA, c’est une grosse brique technologique supplémentaire qui va nous permettre de faire un saut de complexité un peu plus élevé et de résoudre des problématiques qu’on ne pouvait pas solutionner auparavant. »

Image

Au départ, Ciseo n’avait aucune expérience de l’IA

« Bien sûr, nous étions convaincus que l’intelligence artificielle – et sa capacité à traiter rapidement une énorme quantité de données complexes – allait nous permettre d’optimiser le fonctionnement de nos machines : reconnaissance de l’environnement, analyse des dysfonctionnements, autonomie des processus… »

Malheureusement, toujours au four et au moulin, nous n’avions jamais trouvé le temps d’y consacrer l’énergie nécessaire. Nous n’étions ni en avance, ni en retard. Mais nous sentions que le marché bougeait et qu’il était temps de se lancer si l’on voulait rester compétitifs. »

"Start IA est une chance unique de prendre le temps de réfléchir
à l’intelligence artificielle et de se faire guider par des experts."

Grégory Reichling, administrateur délégué de Ciseo

Grâce à Start IA, Ciseo se lance dans l’aventure

Fort impliqué dans les pôles de compétitivité, Grégory Reichling entend alors parler du programme Start IA créé par Digital Wallonia4.ai et Agoria en vue d’aider les PME wallonnes à se lancer dans le domaine de l’intelligence artificielle. « Une chance unique de se faire guider par des experts, de prendre le temps de réfléchir à une problématique IA particulière, sans oublier le petit financement qui va avec (ndlr : Start IA coûte 4.500 euros dont 75 % est financé par la Région wallonne) ! »

L’entrepreneur décide immédiatement de réunir ses équipes. « Tout le monde dans l’entreprise était enthousiaste à l’idée de participer à Start IA, car nous avons beaucoup d’ingénieurs et de techniciens qui adorent les nouvelles technologies. Rester au top dans ces domaines-là fait partie de notre ADN. Notre défi ? Essayer de ne pas partir dans trop de directions différentes et de canaliser nos énergies. »

Image

2 pistes se dégagent rapidement : la vision par ordinateur et la robotique intelligente
Après un long brainstorming, Grégory Reichling et ses équipes définissent 2 pistes sur lesquelles travailler en priorité.

La 1re idée ? La vision par ordinateur. « Cette technologie peut améliorer le contrôle de qualité. Chez nos clients. Beaucoup plus fiable que l’œil humain, elle permet en effet à une machine d'analyser, de traiter et de comprendre les images prises par une caméra à très grande vitesse et sans erreur. Une fois formé, le robot est alors capable de détecter immédiatement les défauts sur une seringue, par exemple, et d’éliminer le produit défectueux. »

 

La 2e idée ? La robotique intelligente. « Cette technologie permet de résoudre nos problèmes de dépalletisation. Ici aussi, on souhaite utiliser une caméra intelligente pour calculer des trajectoires et appréhender les positions d’un robot de manière aléatoire. Grâce à l’IA, celui-ci sera capable de repérer des pièces en vrac dans une caisse, par exemple, quelle que soit leur position, et grâce aux algorithmes d’apprentissage automatique, de déterminer les meilleures trajectoires et orientations du préhenseur. »

« Avec l’IA, le robot est capable de détecter immédiatement les défauts sur une seringue et d’éliminer le produit défectueux.»

Une collaboration fructueuse avec Sagacify

Confiant de son succès, Ciseo décide alors de présenter son dossier de candidature devant le jury de Start IA. « Comme nous faisions partie des entreprises cibles et que notre projet était en béton, nous avons été sélectionnés avec 29 autres entreprises afin de participer au programme. »

Le Comité de pilotage de Start IA désigne ensuite l’expert IA parmi la parmi la vingtaine d’entreprises expertes en IA retenues dans le programme : Sagacify. « J’avais entendu parler en bien de cette entreprise. C’était donc l’occasion de consacrer plus de temps à la connaître, de voir ce qu’elle faisait, de découvrir ses compétences.

Son rôle ? « Confirmer nos idées, budgétiser et réfléchir aux techniques envisageables. Bref, dégrossir les problématiques. Et comme dans ce genre de projet, il s’agit d’un réel partenariat, je pense que de son côté, les experts de Sagacify étaient très motivés de travailler sur des thématiques très industrielles. »

Image

« La force de ce programme est d’être très court ! »

En 3 ou 4 jours, l’entreprise est fixée sur la viabilité de ses idées. « Cela s’est passé en 2 étapes. Les experts ont fait une 1re visite de notre bureau d’études et de notre atelier d’intégration afin de bien comprendre nos différentes activités.

Comme nous avions déjà réfléchi à des exemples d’application, on leur a montré concrètement les cas d’école que nous voulions traiter. Ils sont ensuite revenus vers nous avec des solutions, des budgets, un plan d’action et une proposition de collaboration un petit peu plus concrète. » Et c’est là que se termine le programme Start IA.

« Les solutions IA vont aider à réindustrialiser notre pays, créer des emplois et réorienter nos opérateurs vers des tâches à plus haute valeur ajoutée. »

Start IA, oui mais après ?

« Avec le Covid-19, nous n’avons pas encore eu l’occasion d’aller plus loin. Ce sera sans doute pour le courant 2021. Nous souhaitons intégrer l’IA dans le cadre d’un projet plus global. Nous devons d’abord constituer la cellule qui va servir à faire les essais et ensuite développer, par exemple, la solution de dépalletisation qui consiste à implémenter un robot dans notre atelier, lui installer des caméras et générer la situation qu’on souhaite traiter. 

Et c’est seulement quand toutes ces étapes seront terminées que nous pourrons à nouveau faire appel à Sagacify pour traiter les images et les cas plus complexes de préhension, impossibles à traiter sans IA. »

<image: chaîne de production >

L’intelligence artificielle, l’avenir de l’industrie wallonne

« Je suis optimiste de nature… Je pense d’une part que les solutions IA vont aider à réindustrialiser notre pays, créer des emplois et réorienter nos opérateurs vers des tâches à plus haute valeur ajoutée. C’est bien sûr mon point de vue d’automaticien… D’expérience, je constate que chaque fois que je place une machine dans une entreprise, elle crée toujours des jobs à plus haute valeur ajoutée. »

D’autre part, il y a en Wallonie des experts qui peuvent aider les entreprises – quels que soient leur secteur et leur problématique – à mettre l’intelligence artificielle en place et ce, de manière professionnelle. Il n’y a donc aucune raison d’attendre. Il faut dès aujourd’hui y consacrer le temps nécessaire avec les bons partenaires. Start IA est une bonne porte d’entrée. Il faut y aller, il faut foncer. Sinon, le monde foncera sans nous ! »

Vous êtes une entreprise wallonne et vous souhaitez intégrer ou ajouter des applications d’intelligence artificielle au sein de l’un de vos process ?  Le 3e appel à projets Start IA est ouvert. Cliquez ici pour en savoir plus.

Was this article useful?