En 2015, l’industrie technologique investira plus de 2 milliards d’euros dans notre pays, soit une légère augmentation (+1 %) par rapport à l’année dernière. C’est ce que révèlent les chiffres d’Agoria. « Les premiers rayons de soleil prudents semblent vouloir percer le ciel bouché », commente Marc Lambotte, CEO d’Agoria. « Le niveau d’investissement est toujours inférieur au niveau moyen de ces 20 dernières années. Mais 2015 pourrait s’avérer l’année d’un revirement positif et nous pourrions alors, espérons-le, renouer avec une véritable croissance en 2016 grâce aux mesures du gouvernement. »

Investissements dans l’industrie technologique à partir de 2002 (sans la R&D, en millions d’euros)

Les prévisions en matière d’investissements concernent les entreprises industrielles. Il s’agit donc d’investissements dans l’appareil de production. Les entreprises de services ne sont dès lors pas visées. Les investissements dans les entreprises de production constituent un excellent baromètre de la santé de notre économie globale. Comme on le sait, l’industrie de notre pays a essuyé ces dernières années quelques sérieux revers. Lorsqu’après la crise de 2008, des entreprises, souvent multinationales, ont dû prendre des décisions quant à des fermetures et restructurations, notre pays fut le premier dans leur collimateur en raison de sa faible position concurrentielle internationale. Du coup, les investissements dans l’appareil de production de notre pays se sont également inscrits en recul. Le taux d’investissement d’avant 2008 n’a plus été atteint depuis lors.

En 2014 et 2015, le taux d’investissement annuel avoisine les deux milliards d’euros. Le début de cette année est encore très calme, le fameux taux d’utilisation des capacités de production se situant encore sous la barre des 80 %. Marc Lambotte : « Cela signifie que de nombreuses entreprises ne tournent pas encore "à plein régime". Ce n’est que lorsque nos entreprises utilisent pleinement leurs capacités que le besoin d’investir se fait sentir. » Les prévisions montrent que ce sont surtout les entreprises de la transformation du métal, de l’aéronautique et de la production TIC qui vont investir.

Récompenser les investissements

Le nouveau gouvernement vient de prendre toute une série de mesures visant à améliorer la compétitivité de notre pays. Ces mesures sont indispensables pour renouer avec la croissance. « Sans perspective de croissance, les entreprises n’investissent pas. Il importe dès lors que les mesures du gouvernement visant à faire baisser le coût salarial soient effectivement mises en œuvre. »

À cet égard, Agoria demande qu’une attention spéciale soit aussi accordée aux investissements. Marc Lambotte : « Notamment dans le renouvellement du parc de machines. Nos entreprises veulent investir dans la nouvelle révolution industrielle et sont prêtes à se transformer en usines du futur (Factories of the Future). Cela requiert des investissements, et ceux-ci ne sont pas possibles sans un climat fiscal attrayant pour les investissements en immobilisations corporelles et incorporelles, comme de meilleurs régimes d’amortissement, par exemple. Il est indispensable d’investir dans la quatrième révolution industrielle pour rester compétitif sur la scène internationale. De plus, à terme, les investissements se traduisent toujours par de nouveaux emplois », conclut Marc Lambotte.

Sorry, this article is reserved for members of Agoria. If you already have your login details, enter them here and read on.

Your company is a member of Agoria? Request your login to access all the content published on our website. Fill in the form.
Your company is not a member of Agoria? Discover the many benefits of Agoria membership here.