Le secteur IT belge affiche en 2019 une forme olympique, avec une croissance globale du chiffre d’affaires à deux chiffres. Ce n’est pas vraiment une surprise lorsque l’on connait le potentiel d’innovation de certains acteurs. C’est le cas de Monizze, entreprise digitale qui a révolutionné les transactions par chèques-repas. Son secret ? Une culture d’entreprise résolument axée sur l’innovation et la formation en continu de ses collaborateurs, une des clés de la campagne Be the change d’Agoria. Interview de son CEO, Jean-Louis Van Houwe.


Utiliser ses chèques-repas électroniques, sans prise de tête

Qui ne connaît pas Monizze ? Chaque jour des milliers d’employés utilisent leurs chèques-repas électroniques à l’aide de leur carte du même nom. Le principe est simple : Monizze connecte les individus et les entreprises en développant des plateformes de gestion, de relation et de transaction. Les éco-chèques et autres chèques-cadeaux sont également émis sur cette seule et même carte. Derrière cette simplicité se cache une technologie ingénieuse, mais surtout un état d’esprit tourné vers l’avenir.

Un succès immédiat

L’entreprise bruxelloise de 55 personnes fondée seulement en 2011 a très rapidement connu le succès, comme en témoigne Jean-Louis Van Houwe : « Nous avons obtenu entre 15 et 20% de part de marché en partant de rien, avec aujourd’hui environ 350.000 employés qui utilisent notre carte. Nous en sommes assez fiers. »

Un pionnier de l’IA dans le monde de la finance

Jean-Louis Van Houwe : « Déjà en 1995, j’ai été très actif dans l’accompagnement de la transformation digitale des entreprises. Aussi, en plus de ma casquette de CEO, je suis président de l’Association des Fintech belges. La question de la digitalisation du monde financier (au sens large) m’intéresse donc tout particulièrement. Il s’agit d’un monde en plein bouleversement, et Monizze a été l’une des premières entreprises à intégrer de l’intelligence artificielle dans ses applications mobiles. »

Améliorer ses connaissances digitales : un « devoir » !

Conscient des évolutions rapides des technologies et de l’importance de nourrir la culture de l’entreprise, Jean-Louis Van Houwe a instauré depuis 2 ans des règles très concrètes : « Nous utilisons au sein de l’entreprise un outil intelligent de recommandation en terme d’apprentissage dans l’intelligence artificielle. Toute l’équipe, y compris le comité de direction, a le devoir de s’instruire régulièrement à travers cette plateforme et de lire un ouvrage de référence sur la question. Les collaborateurs doivent se dépasser et s’améliorer : cela fait partie de l’ADN de notre société. »

Des engagements simples pour démarrer

Faut-il être un as des nouvelles technologies pour se préparer au futur du marché du travail ?

Assurément non, comme l’explique Jean-Louis Van Houwe : « C’est un raccourci que font beaucoup de gens : les compétences nécessaires pour une fintech (ou tout autre entreprise vendant du service digital) vont au-delà de la simple technique. Il faut avant tout pouvoir comprendre ce que des technologies digitales peuvent apporter aux gens, et comment elles peuvent améliorer leur quotidien. Cela demande un certain sens de l’analyse et de digital thinking. »

Il y a un peu plus d’un an, dans le cadre de sa campagne Be the change, Agoria commanditait une étude appelée Shaping the future of work. Quatre grandes stratégies y sont énoncées pour y parvenir :

  • la mise à niveau des compétences des collaborateurs ;
  • la reconversion des travailleurs et demandeurs d’emploi ;
  • les mesures d’activation ;
  • la technologie comme outil ‘facilitateur’.

Pour aider les entreprises à mettre le pied à l’étrier, Agoria a créé le label « Employer Preparing The Future of Work » mettant en avant les entreprises ayant pris au moins 3 engagements concrets pour se préparer au futur du marché du travail.

 

Les 3 engagements pris par Monizze dans le cadre de Be the change

Changer progressivement la culture d’entreprise ne demande pas nécessairement des investissements colossaux, comme le prouvent les engagements pris par Monizze :

·        Mettre à la disposition des collaborateurs un catalogue de formations dans lequel ils pourront sélectionner en moyenne 3 jours de formation ;

·        Réaliser 3 formations en ligne portant sur la technologie ou une compétence technique et les publier sur une plateforme ouverte de partage de connaissances ;

·        Proposer à tous les collaborateurs un talent scan pouvant mettre en lumière des points forts qui ne sont pas encore connus et ainsi constituer la base d’une employabilité durable.

Jean-Louis Van Houwe : « Agoria a joué le rôle d’Advisor en nous donnant un trajet pragmatique et tactique pour mettre en pratique une vision que nous avons déjà : faire l’inventaire de nos compétences pour mieux évaluer les zones d’amélioration dans une optique d’employabilité durable. C’est une initiative géniale pour mieux se structurer et avancer. »

Envie de connaître les autres engagements possibles dans le cadre du label « Employer preparing the future of work » ? Cliquez-ici pour découvrir la liste des 10 engagements

 

Jean-Louis Van Houwe termine par une recommandation à l’attention des décideurs dans les entreprises : « Les données sont le pétrole de demain. Oublions donc les stratégies court-termistes, (malheureusement courantes dans nos sociétés néo-capitalistes) et mettons-nous en capacité de comprendre la valeur des données et des nouvelles technologies digitales. Si le CEO n’y croit pas, il sera impossible d’allouer les moyens nécessaires à la formation et la reconversion de ses collaborateurs ! »

Prêt à adapter la gestion de vos ressources humaines pour préparer l’entreprise aux défis du marché du travail de demain ?

Gagnez en visibilité et rejoignez dès maintenant les 77 entreprises pionnières du mouvement Be the change, en vous inscrivant ici  !